Communiqué aux médias

Étude de portée européenne : Résidus de pesticides aussi dans l’urine suisse

13.06.2013

Une récente étude mandatée par Pro Natura et Friends of the Earth a trouvé des traces de l’herbicide total «glyphosate» dans l’urine de pas loin de la moitié des personnes examinées. Le laboratoire a testé des échantillons d’urine provenant de 18 pays européens. Les échantillons suisses sont aussi concernés. Comment cet herbicide, le plus répandu dans le monde, arrive-t-il jusque dans notre corps? Qu’est-ce que cela signifie pour notre santé? Pro Natura et Friends of the Earth attendent des autorités qu’elles fournissent des réponses à ces questions.

 

Le glyphosate est un des pesticides les plus répandus dans le monde. En tant qu’herbicide total, cette matière active tue toutes les plantes sauf celles devenues résistantes. Le glyphosate est utilisé dans l’agriculture, le long des voies de chemin de fer et dans les jardins privés. Bien qu’il s’en utilise des quantités gigantesques dans le monde entier en agriculture conventionnelle et dans les cultures transgéniques, on ne sait que peu de chose sur les impacts à long terme de ce poison présent dans les denrées alimentaires, les sols et les eaux. Et on en sait encore moins sur ce qu’il devient dans le corps humain. Au printemps 2013, l’étude mandatée par Friends of the Earth et Pro Natura a pour la première fois dans le monde recherché – et trouvé – à grande échelle des résidus de cet herbicide dans l’urine humaine. Cette étude effectuée un peu partout en Europe débouche sur des résultats inquiétants.

 

Comment ce pesticide arrive-t-il dans notre corps

Des traces significatives du pesticide ont été trouvées dans pas loin de la moitié de l’ensemble des échantillons provenant de 18 pays européens (voir encadré). Sur les 15 échantillons prélevés en Suisse, 2 contenaient des traces de cet herbicide total. «Nous voulons que les autorités nous disent par quelles voies ce pesticide arrive dans notre corps et quelles sont les conséquences pour notre organisme», s’alarme Marcel Liner, expert agricole de Pro Natura. Bien que le glyphosate soit homologué comme herbicide total depuis 1975, il y a très peu d’études indépendantes sur les possibles nuisances à long terme pour la santé humaine. Des études scientifiques récentes suggèrent que l’ingestion permanente de faibles doses, telles que celles qui ont été prouvées dans tous les pays européens étudiés par Friends of the Earth, a des répercussions négatives sur le système hormonal humain.

 

Pas d'estimation indépendante des risques

L’utilisation de ce poison très puissant est marquée par de grandes incertitudes aussi bien pour la santé humaine que pour la nature, car l’homologation de cet herbicide se base presque uniquement sur les données des fabricants eux-mêmes. Aucune étude indépendante n’a été mandatée dans ce contexte. Et il n’y a aucun contrôle de présence du glyphosate dans les aliments. Pro Natura exige la clarification des risques du glyphosate pour l’homme et l’environnement: «Nous sommes vivement intéressés par les conséquences à long terme de l’utilisation de ce poison sur l’homme, sur la biodiversité agricole, sur les animaux et les plantes aquatiques ainsi que sur la qualité de l’eau des nappes phréatiques.» On estime qu’il s’utilise en Suisse 300 tonnes de cet herbicide par année. Tendance à la hausse.

 

 

Encadré: 

L’étude sur le glyphosate

Au total, 182 échantillons d’urine provenant de 18 pays européens ont été analysés. Des résidus significatifs de glyphosate ont été trouvés dans 80 échantillons (44%). Du glyphosate a été trouvé dans l’urine humaine dans tous les pays étudiés. Les échantillons analysés provenaient des pays suivants: Belgique, Bulgarie, Allemagne, France, Géorgie, Grande-Bretagne, Hollande, Croatie, Lituanie, Malte, Macédoine, Autriche, Pologne, Suisse, Espagne, Tchéquie, Hongrie et Chypre. Les échantillons et leurs analyses datent du printemps 2013. Les sondés habitent tous dans des régions urbaines et aucun n’a jamais eu de contact direct avec des pesticides en tant qu’utilisateur de produits à base de glyphosate. Ils étaient aussi bien végétarien-ne-s que consommateurs-trices de viande. Il s’agit de la première étude de portée européenne sur les résidus de ce pesticide dans l’organisme humain. Cette étude a été réalisée sur mandat de Friends of the Earth Europe par le laboratoire médical de Brême en Allemagne. Pro Natura est membre de Friends of the Earth.

 

 

Internet:

Fiche d’information sur le glyphosate: www.pronatura.ch/agriculture

Friends of the Earth Europe: www.foeeurope.org

 

Informations supplémentaires:

Nicolas Wüthrich, responsable de l‘information, 079 212 52 54, nicolas.wuthrich@pronatura.ch

Marcel Liner, expert agricole Pro Natura, 079 730 76 64, marcel.liner@pronatura.ch

Revenir