Le monde des abeilles en péril

Discrètes mais indispensables: les abeilles. Alors que les mâles s’intéressent avant tout au nectar, les femelles rapportent du pollen pour nourrir leur couvain dans les cellules du nid. Cela tout en procédant à la pollinisation si indispensable pour l’être humain.


Un tiers des aliments de l’être humain dépend de la pollinisation. Dans un monde sans abeilles sauvages et mellifères, l’être humain devrait renoncer aux fruits, aux légumes et au coton. Il ne resterait que du blé et d’autres céréales, donc du pain et des pâtes. Le solde de la nourriture existante serait précieux et cher. Les prix de la viande et des produits laitiers exploseraient du fait de la rareté des plantes fourragères, comme la luzerne et le trèfle.

 

La Suisse ne réussit qu’à grande peine à nourrir ses insectes. Le maïs, avec d’autres monocultures, dominent dans de nombreuses régions. Suite, par exemple, à l’opulence printanière des champs de colza, l’offre s’écroule dès que la floraison s’achève – et le Plateau devient un désert vert pour les abeilles.

 

Comme si cela ne suffisait pas, les nouveaux insecticides rendent la vie difficile aux abeilles. L’objectif est clair: des paysages avec des arbres à hautes tiges en fleurs, des jachères florales et des procédés de récolte ménageant les abeilles s’avèrent nécessaires.

Pro Natura demande

 

  l’interdiction des pesticides dangereux pour les abeilles et appelle la Confédération à retirer immédiatement son autorisation pour les désinfectants dangereux pour les abeilles.
 

  des homologations plus transparentes ainsi que des études de toxicité indépendantes financées par les industries.
 

  à la Confédération de mandater des organismes indépendants pour étudier sur le terrain les effets à long terme des pesticides sur la biodiversité dans l’agriculture.
 

  une stratégie visant à réduire l’emploi des pesticides en Suisse dans une proportion clairement définie et obligatoire.
 

 

une augmentation des contributions à la culture biologique et des primes à la culture extensive.

 

Interview avec le Prof. Dave Goulson, Université de Stirling

«Insecticides used on flowering crops have major impacts on bumblebees»