Estivage

La faune et la flore dans les Alpes se différencient nettement de celles des autres régions de la Suisse. Les surfaces mises à profit par les exploitations d’alpages arborent sur une bonne moitié de leur peuplement une biodiversité moyenne à haute. Les zones d’estivage de la Suisse couvrent environ 530'000 hectares, soit13 pour cent du territoire national. Environ 20 pour cent de l’effectif du bétail suisse paissent sur approximativement 7'500 exploitations d’alpages en été. L’estivage traditionnel constitue encore, de nos jours, un pilier important pour de nombreuses exploitations agricoles de montagne.

 

Pro Natura s’engage comme suit pour les améliorations concernant les régions d’estivage :

 

  • La Confédération et les cantons déterminent en priorité les alpages à préserver. L’exploitation d’alpages sera soutenue financièrement dans les régions au sein desquelles les objectifs de protection des espèces, des biotopes ou du paysage ont été clairement arrêtés. Dans les autres sites paysagers, l’apparition d’espaces sauvages secondaires ne bénéficiera pas des deniers publics.
  • De nouvelles routes ne seront aménagées que dans des cas exceptionnels et justifiés. Celles-ci ne seront pas asphaltées ou bétonnées, elles doivent s’intégrer au paysage et sont accompagnées de prestations supplémentaires en matière de biodiversité. Par contre, les alpages sans accès carrossable seront nettement mieux indemnisés. Les installations qui ne sont pas utilisées à des fins d’exploitation de l’alpage seront démantelées.

Une exploitation extensive est rentable. Une famille le prouve par l’exemple sur l’alpage de Windbruch, Schangnau, BE.

La préservation et l’exploitation durable des pâturages d’estivage revêtent une grande importance pour l’exploitant. Les pâturages sont en bon état, les animaux sont sains à la fin de l’estivage et les nombreuses espèces végétales et animales font la joie de toute la famille. L’exploitation bio obtient en outre des paiements directs supplémentaires pour les prairies de fauche et les bas-marais abritant de nombreuses orchidées. Le matériau coupé est par ailleurs utilisé comme litière.

 

Loup et ours

Le loup et l’ours reviennent en Suisse - une aubaine pour le tourisme. Pro Natura est convaincue que leur cohabitation avec l’agriculture est possible avec des conditions-cadre et des indemnisations appropriées. L’élevage ovin doit s’adapter aux nouvelles donnes : uniquement des moutons en bonne santé sur des pâturages contrôlés et gardiennés ou régulièrement surveillés contribuent à la préservation de la biodiversité dans les zones d’estivage.

 

Les chiens de protection de troupeaux constituent une méthode efficace pour protéger les moutons du loup. 90 % des moutons attaqués en 2012 appartenaient à des troupeaux non protégés. Mais des conflits peuvent survenir lorsque les chiens sont présents, en particulier dans des régions touristiques.

Quels comportements adopter en présence de chien de protection?