20 ans de bases constitutionnelles pour l'agriculture: Le OUI de 1996 – un OUI pour l’avenir

01.07.2016

En 1996, 78 % des votants et l’ensemble des cantons suisses disaient OUI au nouvel article constitutionnel sur l’agriculture. Pour l’Alliance Agraire, cet article constitutionnel revêt un caractère de contrat social et est toujours aussi clair et complet alors qu’il fête son 20ème anniversaire. Des modifications ne sont pas nécessaires. La politique agricole du futur combine encore davantage qu’aujourd’hui production, orientation sur les consommateurs et sur le marché ainsi que prestations pour la société (paysage, bien-être des animaux, environnement etc.). L’Alliance Agraire demande que nous continuions d’écrire ensemble cette histoire afin que nous devenions numéro 1 mondial en matière de développement durable.

L’Alliance Agraire et ses 16 organisations affiliées actives dans le domaine de l’agriculture, des consommateurs, du bien-être des animaux et de l’environnement, défendent sans condition l’article constitutionnel en vigueur. Pour l’Alliance Agraire, ce 20ème anniversaire est l’occasion de rendre davantage visible le rôle commun et complet de l’agriculture. « La politique agricole n’est pas une politique réservée aux agriculteurs mais aussi destinée à la nature, au bien-être des animaux et aux consommateurs » relève Urs Brändli, président de Bio Suisse, en tirant un bilan sur ces deux dernières décennies. Son collègue Res Stalder, président d’IP-SUISSE et également agriculteur, a renchéri durant la conférence de presse de l’Alliance Agraire : « Passer d’une réflexion basée uniquement sur l’agriculture, à l’intégration dans la société et le marché, nous a renforcé et représente la voie de l’avenir ».

1996-2016 : Continuons sur notre lancée !Les succès sont significatifs depuis le lancement des réformes en 1990 et avec l’adoption de l’article constitutionnel en 1996. Sara Stalder, directrice de la Fondation pour la protection des consommateurs, relève sur ce point : « La nette augmentation de la diversité et de la qualité de l’offre en denrées alimentaires ces 20 dernières années est réjouissante du point de vue des consommateurs ». Elle demande toutefois de meilleures prestations écologiques au vu du soutien actuel à l’agriculture, par les contribuables (budget agricole) et les consommateurs (protection des frontières), qui s’élève à plus de 7 milliards de CHF par an; des études montrent en effet que les consommateurs attendent cela de l’agriculture suisse. Dans ce sens, l’Alliance Agraire recommande : continuons sur notre lancée !

« Depuis 20 ans, l’écologie a ancré la politique agricole dans la société et a renforcé la position des agricultrices et des agriculteurs. Mais, inversement, l’écologie n’a pas autant profité de la politique agricole », relève Sophie Michaud, membre de la direction de Pro Natura, en préconisant aussi de continuer sur notre lancée. Comme il y a 20 ans : acteurs du marché, agriculteurs, consommateurs et milieux environnementaux ne peuvent réussir ensemble que sur la base de ce contrat social.

Autres citations :Sur la base de la Constitution, les programmes d’encouragement SST et SRPA conjointement avec le marché ont fait augmenter le nombre d’étables respectueuses des animaux et les parcours extérieur et en pâturage. C’est un beau succès. Toutefois, en Suisse, encore des millions d’animaux de rente ne bénéficient pas de parcours extérieur, et l’élevage intensif génère des problèmes de protectiondes animaux.Hansuli Huber, Protection Suisse des Animaux, directeur service technique

En 1990, il y avait 90% de consommation forcée de vin blanc suisse. Aujourd’hui, 60% des vins blancs sont « volontairement » originaires de Suisse. Aujourd’hui, les vins suisses sont de bien meilleure qualité, beaucoup plus diversifiés et bien plus écologiques. Il ne faut donc en aucun cas vouloir combattre les vins d’importation, rétrogrades du point de vue de la politique agricole et bon marché, par la protection agricole.Felix Wehrle, de 1984-2015 chez COOP, notamment pour la politique économique, Naturaplan etcommunication

La proximité de la production génère fraîcheur et innovation. Cela consolide une collaboration efficace orientée sur les clients avec les agricultrices et les agriculteurs – hier, aujourd’hui et demain.Rolf Bernhard, responsable relations avec l’agriculture et labels, Migros Aare

Pour toute question complémentaire :Daniela Hoffmann, WWF, co-présidente Alliance Agraire, 076 552 18 01; Martin Bossard, BIO SUISSE, co-président Alliance Agraire, 076 389 73 70; Christof Dietler, directeur Alliance Agraire, 081 257 12 21; Sophie Michaud, Pro Natura, 077 434 64 08 (Romandie); Marcel Liner, Pro Natura, 061 317 92 40; Fritz Rothen, IP SUISSE, 079 444 72 62; Barbara Küttel, Petits paysans, 031 312 64 00; Hansuli Huber, STS, 052 338 10 73; Sara Stalder, Fondation pour la protection des consommateurs, 031 370 24 20; Pascal König, BirdLife Suisse, 044 457 70 26; Andreas Bosshard, Vision Landwirtschaft, 056 641 11 55.

Contact: Agrarallianz / Alliance Agraire | Kornplatz 2 | CH-7000 ChurTel +41 (0)81 257 12 21 | Fax +41 (0)81 257 12 29 | @email