Bloc uni derrière la Stratégie énergétique 2050

19.09.2016

L’Alliance-Environnement dit clairement oui à la Stratégie énergétique qui est un compromis comme seule la Suisse sait en trouver et un pas dans la bonne direction. Les organisations de défense de l’environnement s’attendent donc à voir les deux chambres fédérales adopter la Stratégie énergétique lors du vote final. Les opposants au projet n’ont en tout cas pas été en mesure de présenter d’alternative crédible. La Stratégie énergétique 2050 n’est pas seulement sur la dernière ligne droite, elle est également en train de gagner la course. Par rapport au scénario «poursuite de la politique actuelle», elle permet à la Suisse de faire d’importants progrès et de monter enfin dans le train du tournant énergétique, après des années de débats enflammés. En effet, la dynamique globale montre que ce train n’attend plus, particulièrement en matière d’énergies renouvelables et d’efficacité énergétique. A l’échelle mondiale, les investissements dans le développement des énergies renouvelables (286 milliards de dollars US) ont en effet largement dépassé les investissements dans le gaz et le charbon (130 milliards de dollars US) en 2015. Le passage aux énergies renouvelables et la percée des technologies en matière d’efficacité se concrétisent plus rapidement que prévu. L’approvisionnement énergétique suisse doit donc devenir plus indigène, renouvelable, tolérable pour la nature et efficace. Cette transformation sera non seulement bénéfique pour l’environnement, mais aussi pour l’activité économique et l’innovation suisse. Le Conseil fédéral et le Parlement ont élaboré la Stratégie énergétique 2050 pour que notre pays s’affranchisse progressivement des importations énergétiques qui lui coûtent chaque année plusieurs milliards de francs, des sources d’énergie fossile et de la technologie nucléaire risquée. Même si la Stratégie énergétique 2050 reste insuffisante en ce qui concerne l’abandon de l’énergie nucléaire, l’Alliance-Environnement soutient en bloc le compromisqu’elle représente,car les améliorations par rapport à la situation actuelle sont suffisamment importantes. L’Alliance-Environnement a résumé dans un document les améliorations qu’elle estime déterminantes pour que la stratégie soit acceptée.

Pour toute question: Markus Allemann, co-directeur de Greenpeace Suisse, 079 833 15 69Caroline Beglinger, co-directrice ate, 079 310 11 86Catherine Martinson, membre de la direction du WWF Suisse, 079 360 56 75Rico Kessler, membre de la direction, Pro Natura, 061 317 92 22