La Convention de Berne rappelle la Suisse à son devoir d’agir pour protéger les espèces

30.11.2018

Lors de sa réunion annuelle, le comité permanent de la Convention de Berne a exhorté la Suisse à annoncer d’autres sites candidats au Réseau Émeraude des zones protégées.

Alors que par exemple la Norvège, le Bélarus, l’Ukraine, Andorre ou la Géorgie contribuent amplement à Émeraude en lui consacrant 10 et 16 pour cent de leur territoire national, la Suisse persiste depuis neuf ans à ne concéder que 1,6 pour cent de sa surface. En tant que réseau écologique, Émeraude doit assurer la protection des milieux naturels et des espèces rares ou menacées à l’échelle européenne. Sa réalisation est prévue d’ici 2020.

Un but qui ne sera pas atteint si la Suisse refuse d'en faire plus. «Que ce soit la Suisse qui renâcle à augmenter sa participation au Réseau Émeraude montre à quel point notre pays se préoccupe peu de la protection des espèces», déplore Sarah Pearson Perret, secrétaire romande de Pro Natura. «Nous sommes reconnaissants à la Convention de Berne de donner de la voix pour rappeler la Suisse à ses responsabilités.» Pro Natura salue également la résolution de la Convention demandant à la Suisse et à la France de renforcer la protection du Doubs et de compléter le Plan d’action national en faveur du Doubs par des mesures en matière d’agriculture et de sylviculture.

Contact:

Sarah Pearson Perret, secrétaire romande de Pro Natura et membre de la direction, tél. 079 688 72 24

@email

Cela pourrait aussi vous intéresser

Rap­port envi­ron­nemen­tal de l’OCDE: La Suisse est lanterne rouge pour les aires protégées

27.11.2017

La biodiversité et les zones humides sont les principaux secteurs dans lesquels la Suisse doit clairement faire plus pour préserver la nature.…

Communiqué aux médias