Les nouvelles énergies renouvelables pourraient déjà remplacer trois centrales nucléaires aujourd’hui

17.09.2015

En 2015, les nouvelles sources d'énergie renouvelables (biomasse, solaire et éolienne) produiront autant d'électricité que les centrales nucléaires de Mühleberg ou Beznau II. Avec les installations autorisées ainsi que celles qui se trouvent sur la liste d'attente pour la RPC, les énergies renouvelables ont aujourd'hui le potentiel avéré de surpasser nettement la production d'électricité annuelle moyenne de Mühleberg ainsi que de Beznau I et II. L'Alliance-Environnement voit dans cette dynamique, confirmée par l’index du tournant énergétique, un signe motivant en vue des prochains débats au Conseil des Etats.

L'essor mondial du développement des nouvelles énergies renouvelables (sans la force hydraulique) se poursuit également en Suisse. Le tournant électrique prend de la vitesse. La production 2015 de courant à base de biomasse, solaire et éolien extrapolée par l'Alliance-Environnement est de 3’142 GWh. Cela dépasse la production de la centrale de Mühleberg ou de celle de Beznau II en 2014 (voir tableau 1). Cette tendance positive ininterrompue est avant tout le fait du développement du photovoltaïque. Il n'est donc pas surprenant de constater que la production photovoltaïque dépasse toutes les attentes de la Confédération et même celles de Greenpeace (voir graphique 2).

Le Conseil des Etats peut y arriver

Le Conseil des Etats va débattre de la Stratégie énergétique 2050 durant la session d'automne. Le dynamisme constaté par l'Alliance-Environnement dans le renouvellement du mix électrique suisse montre que le premier pas vers le tournant électrique est réalisable.Voici ce que le Conseil des Etats peut faire pour donner encore plus d'élan au tournant énergétique:

→ Fixer des objectifs de développement minimaux contraignants pour les énergies renouvelables.

→ Inscrire des objectifs d'efficacité contraignants dans la loi, l'énergie économisée étant la moins chère.

→ Introduire des instruments d'efficacité (incitations pour les exploitants de réseaux, exigences minimales pour les chauffages électriques), afin de réaliser ces objectifs.

→ Relever la RPC à 2,3 ct/kWh, afin que le développement de la production d'électricité renouvelable puisse se poursuivre (la liste d'attente pour la RPC présente un potentiel de plus de 1,5 fois la production de Mühleberg ou de Beznau II).

→ Prélever une taxe sur le courant sale pénalisant la production d'électricité nucléaire ou fossile (suisse et importée).

→ Arrêter la destruction disproportionnée des petits cours d'eaux encore intacts et préserver les biotopes d'importance nationale.

→ Limiter les durées d'exploitation des centrales nucléaires, afin d'éliminer le risque du nucléaire. Arrêter sans délai les centrales nucléaires de plus de 40 ans.

((Encadré:))

Bilan 2015 de l'index du tournant énergétique

Dans certains secteurs, la Suisse se trouve sur la voie du tournant énergétique: production d'électricité ménageant le climat, dépenses pour l’énergie et la sécurité de l'approvisionnement. Nous ne devons donc pas nous inquiéter quant à la rentabilité du tournant énergétique en particulier. En Suisse en effet, l'énergie coûte moins cher que dans la plupart des autres pays du monde et l'approvisionnement y est sûr et fiable. Bon nombre de ces valeurs peuvent même être encore améliorées par un tournant énergétique réussi: si nous développons les énergies renouvelables indigènes et que nous réduisons la consommation énergétique, la dépendance vis-à-vis de l'étranger et les dépenses occasionnées par les importations d'énergie baisseront.

L'index du tournant énergétique montre également où se situent les obstacles: aucune centrale nucléaire n'a encore été arrêtée définitivement et les chauffages à mazout sont toujours remplacés par des systèmes similaires dans deux cas sur trois.

Informations complémentaires:

www.index-tournantenergetique.ch

Pour toute question:

Elmar Grosse Ruse, directeur de projet Climat et énergie au WWF Suisse, 076 745 23 41

Georg Klingler Heiligtag, responsable de la campagne Climat et énergie pour Greenpeace, 079 785 07 38

Sabine von Stockar, directrice de projet Energie nucléaire et électricité à la Fondation suisse de l'énergie SES, 079 223 56 86