Enfin des signaux positifs pour le sauvetage de la biodiversité

17.12.2016

Les 195 Etats membres signataires de la Convention sur la diversité biologique (CBD) ont pris des décisions importantes pour freiner la perte de diversité biologique. Ainsi, les 20 objectifs du plan stratégique pour la protection de la biodiversité devraient tout de même pouvoir être atteints d’ici 2020. En effet, sans efforts nettement renforcés, la situation actuelle ne permettrait de réaliser que 2 des 20 objectifs visés. La Conférence de l’ONU sur la biodiversité, qui a réuni plus de 6000 participants, s’est terminée samedi dernier à Cancún.

Les décisions suivantes ont été prises et sont saluées par Pro Natura, BirdLife Suisse, Public Eye et WWF Suisse:

  • Le plan stratégique pour la protection de la biodiversité 2020 doit être mis en œuvre de manière nettement plus rapide et engagée. Les 20 objectifs du plan doivent être transférés dans des plans d’action nationaux contraignants pour la protection de la biodiversité. Cette mesure doit aussi être prise en Suisse, où le plan d’action pour la réalisation de la stratégie sur la biodiversité n’a toujours pas été adopté.
  • L’agriculture et la sylviculture doivent être durables et prendre en compte les besoins de la biodiversité. Les subventions nuisibles doivent être supprimées, l’utilisation des engrais et des pesticides réduite autant que possible et les principes agro-écologiques respectés. Comme l’a montré le rapport du Conseil fédéral la semaine dernière, il est aussi nécessaire d’agir en Suisse. La proposition de l’UE et du Brésil visant à encourager une «intensification durable» de l’agriculture en raison de l’augmentation de la population mondiale a été repoussé avec succès pendant la conférence.
  • Une «coalition de volontaires» a été fondée, afin de trouver des solutions à la disparition des abeilles et autres pollinisateurs due à la raréfaction des fleurs et à la présence de pesticides. Sur l’initiative des Pays-Bas, 11 pays européens ont décidé de développer des plans d’action dans ce but. La Suisse ne fait malheureusement pas partie de cette coalition.
  • Un plan a été développé sur la manière de réduire et d’éviter la pollution des mers par les déchets en plastique.
  • La conférence a accompli un premier pas afin de combler les grandes lacunes du système et garantir une répartition équitable dans l’utilisation des ressources génétiques (protocole de Nagoya). Les nations réalisant des bénéfices grâce à ces ressources doivent en redistribuer une partie aux pays d’origine.

Pour de plus amples renseignements, les spécialistes des ONG suivantes sont à votre disposition:

Giulietta Duyck, WWF Suisse, +41 76 552 18 26, @emailFriedrich Wulf, Pro Natura, + 41 79 216 02 06, @emailWerner Müller, BirdLife Suisse,, +41 79 448 80 36, @emailFrançois Meienberg, Public Eye, @email