Rivière bordée d'arbres, au premier plan une prairie fleurie

La biodiversité: la diversité du vivant

Aucun être vivant ne vit pour lui-même. Tout est interconnecté et interdépendant. La biodiversité - la diversité des écosystèmes, des espèces et des gènes – englobe également l'être humain. Pourtant, l'état de la biodiversité est critique.

Des centaines d'êtres vivants participent à la croissance d'un pommier. Les abeilles pollinisent ses fleurs. Les lombrics et autres animaux du sol, ainsi que des champignons, font que l’arbre trouve les nutriments qui lui sont indispensables. Les oiseaux mangent les insectes de l'arbre. Le pommier lui-même est un être vivant.

La biodiversité est notre base de vie

La diversité de la vie nous fournit également les fibres naturelles pour nos vêtements, le bois pour la construction et le chauffage. Elle nous protège contre les avalanches, les chutes de pierres ou les inondations. Nous pouvons nous détendre dans des milieux naturels. Une biodiversité intacte est de la plus grande valeur pour l'économie nationale. Notre qualité de vie dépend de la biodiversité.

Ni utile, ni nuisible

Saviez-vous que le ver de terre était considéré comme un ravageur jusqu'au 19ème siècle? C’est Charles Darwin qui a démontré qu’il est nécessaire à la fertilité des sols. Les bactéries sont redoutées comme porteuses de maladies. Cependant, sans les bactéries présentes dans l'intestin, l'homme ne pourrait pas transformer sa nourriture en énergie. La diversité de la nature ne peut pas être scindée entre utile d’un côté et nuisible de l’autre. La biodiversité est indivisible et essentielle dans son ensemble.

La biodiversité est un enjeu mondial

La biodiversité s’appauvrit à l'échelle planétaire. Afin d'y remédier, l'ONU a adopté une Convention sur la diversité biologique en 1992. En 2010, les Etats parties ont ratifié une stratégie dotée de 20 objectifs. Le déclin devrait ainsi être stoppé à l’horizon 2020. Depuis 1979, il existe un accord entre les pays européens pour protéger la nature: la Convention de Berne. Sous sa direction, un réseau paneuropéen de zones protégées – le Réseau Emeraude – devrait être aménagé à l’échéance 2020, afin d'assurer la sauvegarde des espèces et des habitats sur notre continent.

Pro Natura soutient cet accord international. Elle s'y engage en collaborant avec ses organisations partenaires de Friends of the Earth afin d’assurer une conservation de la biodiversité à l'échelle mondiale.

Plus d'informations sur la Convention sur la diversité biologique

Plus sur la Convention de Berne

La biodiversité en Suisse va mal

Notre pays offre des conditions de vie très différentes dans un espace réduit. Par conséquent, il constitue un véritable trésor de la nature et abrite de nombreux animaux et plantes. En tant que pays alpin, la Suisse porte une responsabilité particulière dans la conservation de la biodiversité en montagne.

Mais la biodiversité est en mauvais état. Parce que trop peu d’abeilles et de bourdons volent encore, des bourdons élevés industriellement prennent la relève pour polliniser les arbres fruitiers. L’exploitation intensive des prairies détruit la diversité des fleurs et des graminées. La qualité des différents habitats diminue, la monotonie prend le dessus.

Une comparaison entre la Suisse et d'autres pays européens le prouve: en Suisse,  davantage d'espèces figurent sur les Listes rouges. Sans redoubler d'efforts, la Suisse ne pourra pas atteindre ses objectifs de biodiversité en 2020. 

Pro Natura exige:

  • une mise en œuvre rapide et cohérente du plan d'action de la Stratégie Biodiversité Suisse
  • suffisamment de moyens pour l'application de la législation sur la protection de l'environnement et de la nature
  • une action résolue dans tous les secteurs (industrie, agriculture, tourisme, autres) pour la conservation et l'encouragement à la biodiversité.
     

Cela pourrait aussi vous intéresser