Manifestation de l’USP: L’Union suisse des paysans ameute et trompe

27.11.2015

L’Union suisse des paysans USP appelle à manifester. Les propositions d’économies qui émanent du Palais fédéral offrent une belle occasion d’exploiter la révolte, mais l’USP se trompe en le faisant au détriment de la nature. Cette manœuvre de l’USP a visiblement pour but de détourner l’attention de son échec dans l’orientation de l’agriculture suisse vers le marché.

Pour Pro Natura, les coupes dans le budget agricole ne sont pas prioritaires. Mais les combattre comme l’Union suisse des paysans, en affirmant qu’il y aurait des prestations d’intérêt général fournies par l’agriculture pour lesquelles la Confédération ne voudrait pas payer, est trompeur. Au contraire, bien des sujets de la politique agricole font régulièrement les gros titres: le glyphosate dans la nourriture, le sol et l’urine; le lac lucernois de Baldegg au bord de l’effondrement tellement ses eaux contiennent de fertilisants agricoles; l’utilisation excessive des antibiotiques dans la production animale; l’augmentation des quantités d’engrais utilisées et des importations de concentrés; la diminution de la biodiversité dans les terres cultivées. Marcel Liner, expert agricole de Pro Natura, explique: «Il y a toujours de graves déficits écologiques dans l’agriculture suisse. Cela signifie que la société paie une grosse facture sous forme de paiements directs sans en recevoir la pleine contrepartie.»

Attaque contre la protection des eauxPro Natura trouve particulièrement choquant que l’appel à manifester lancé par l’USP n’hésite pas à se positionner explicitement contre la protection des eaux. Les analyses faites par Pro Natura dans différents cantons ont montré que les épandages d’engrais enfreignent très souvent les distances minimales en vigueur le long des cours d’eau, des haies et des lisières de forêts. «Même les dispositions les plus élémentaires de la protection des eaux ne sont souvent pas respectées dans la pratique agricole. En polémiquant contre la protection des eaux largement soutenue par la population, l’USP engage ses membres sur un terrain politique glissant», avertit Marcel Liner.

Jeu politique dévoiléPro Natura éprouve de la compréhension pour les soucis des fermes laitières face aux baisses records du prix du lait, mais seuls 23 pour cent des revenus de l’agriculture proviennent des paiements directs, alors que 77 pour cent sont issus du marché. L’USP préfère ameuter ses membres contre la Confédération et contre les attentes écologiques de la population, au lieu de remettre en question son rôle dans le positionnement de l’agriculture dans le marché. La manifestation de l’USP se révèle ainsi surtout une tentative de marquer des points avant le débat parlementaire sur son initiative «pour la sécurité alimentaire».

Documentation sur le non-respect des bandes tampons le long des cours d’eau:www.pronatura.ch/news-fr/items/lisier-et-fumier-dans-les-forets-et-les-ruisseaux-fribourgeois

Informations supplémentaires:Sophie Michaud Gigon, secrétaire romande Pro Natura, tél. 077 434 64 08, @email Marcel Liner, expert agricole de Pro Natura, tél. 079 730 76 64, @email

Service médias de Pro Natura: Nicolas Wüthrich, tél. 024 423 35 67, 079 212 52 54, @email