Le jaune éclatant des linaires d'Italie en pleine floraison dans des vignes valaisannes

Coup de pouce à la mélitée des linaires en Valais

La mélitée des linaires, un papillon très rare, profite de la promotion d’une «mauvaise herbe».

Lorsque les sols dans le Haut-Valais étaient encore exploités de manière traditionnelle, la mélitée des linaires s’y épanouissait. Entretemps, elle est devenue rare et se cantonne uniquement dans et en bordure des parcelles de vignes, là où les «mauvaises herbes» sont tolérées. A peine plus de 2000 individus de cette espèce subsistent encore de par le monde.

Dernière présence en Valais

Ce papillon aux antennes en forme de massue de couleur orange est inféodé à un climat sec et chaud. On ne le rencontre pratiquement plus qu'en Valais, en particulier sur les vignes escarpées à l'entrée de la vallée de la Viège. Les dernières populations sont en péril, car ses chenilles manquent de nourriture.

Plantes nourricières rares

La chenille de ce magnifique papillon se nourrit exclusivement des feuilles de la linaire à feuilles étroites. Cette plante ne croît que sur des surfaces sèches et régulièrement labourées. La mélitée a disparu de nombreux endroits du Haut-Valais, car les «mauvaises herbes» sont systématiquement détruites dans les vignes. D'autre part, l’abandon des vignes en terrasses entraine un embroussaillement.

Pro Natura lance un projet pour sauver la mélitée

Entre 2006 et 2017, Pro Natura a mené un projet de sauvegarde de ce papillon dans la région de Neubrück, Kalpetran et Visperterminen. A proximité des zones occupées par le papillon, d'anciennes parcelles de vigne abandonnées ont été labourées. Des graines de linaire à feuilles étroites, produites localement, ont été semées en bordure de ces parcelles. Pro Natura a acheté à Neubrück quelques vignes embroussaillées. Les ceps de vigne ont été enlevés, puis remplacés par des plantons de linaire à feuilles étroites qu'un volontaire de la région a produits à partir de graines locales.

Le retour de la linaire s'accompagne de celui de la mélitée

Les premiers succès ne se sont pas fait attendre. La présence de la linaire à feuilles étroites s'est fortement densifiée. De 2006 à 2010, les effectifs de la mélitée ont triplé, voire quintuplé selon la station. Sur les parcelles achetées par Pro Natura, le papillon est à nouveau partout présent. Les parcelles sont entretenues afin que les chenilles puissent disposer de suffisamment de nourriture également à l'avenir. Les viticulteurs et agriculteurs accueillent favorablement ce projet : la mélitée des linaires figure comme espèce cible de plusieurs réseaux agroécologiques de la région.

Tous les résultats issus de ce projet sont intégrés dans la fiche de protection de l’espèce éditée par l’OFEV. Lien ici (encore inexistant)

Mélitée des linaires sur une euphorbe

Une mélitée des linaires posée sur une euphorbe © Birgitte Wolf
La Suisse porte une responsabilité particulière dans la préservation de la mélitée des linaires

Cela pourrait aussi vous intéresser

Les exca­va­tri­ces sont par­ties et le cas­tor prend le relais

À Ferenbalm, à la frontière entre les cantons de Berne et de Fribourg, un ancien terrain agricole exploité intensivement va redevenir une zone humide diversifiée. Après l’achèvement des travaux ayant permis de préparer la future…

Communiqué aux médias

Ani­mal de l’année 2018 – l’hermine

Très vive, l’hermine (Mustela erminea) est une remarquable…

Article