Activités de loisirs

L'être humain se plaît à exercer des activités de loisirs à l’extérieur. Elles deviennent de plus en plus nombreuses et se déroulent à toute heure et en toute saison dans la nature, ce qui a des conséquences sur la nature et les écosystèmes. Nous nous engageons à minimiser les effets négatifs - sans diminuer pour autant l'expérience avec la nature.

 

Nous aimons pratiquer nos loisirs, sports et tourisme à l’air libre, à tout moment de la journée, par tous les temps et toute l'année - et cela dans les forêts les plus profondes, les vallées les plus reculées ou sur les plus hauts sommets des Alpes. L’impact de ces activités sur la nature et la faune est cependant trop souvent ignoré.

Comment les activités de loisirs se sont-elles transformées?


S’agissant du développement des loisirs, il n'est pas seulement question de nouveaux sports tels que le canyoning ou le base-jump. Les gens utilisent également davantage d'appareils techniques, tels que vélos électriques, motoneiges ou drones.

 

Des activités auparavant peu pratiquées, comme les raquettes, sont «redécouvertes». Avec l'amélioration des infrastructures et de la technologie, de plus en plus de personnes se révèlent fans de randonnée, de VTT et de ski de randonnée. Et chaque année amène son lot de nouveautés sportives ou récréatives.

 

Les loisirs jouent un rôle de plus en plus important dans la société moderne. L'économie pousse ce marché « dans la nature » avec des stratégies de marketing sophistiquées. Plus que jamais, nous sommes mobiles. Nous avons plus de temps libre et dépensons davantage à cet effet. Nos priorités ont changé.

 

Quelles sont les conséquences pour la nature et la faune sauvage?
L'éventail des dommages possibles est vaste. Nos habitudes de loisirs perturbent souvent les animaux sauvages et les forcent à fuir, les obligeant à dépenser une énergie précieuse et à bouleverser leurs comportements. Des dérangements fréquents occasionnent une perte partielle de leur habitat et ont une incidence à long terme sur leur survie ou leur reproduction. En outre, de nombreux animaux sauvages subissent déjà un stress généré par d'autres facteurs, tels que le trafic et les infrastructures.

 

Cette problématique est actuellement bien documentée par de nombreux cas et études scientifiques. Outre l'impact direct sur la grande faune, il y a aussi des dommages causés aux petits animaux, à la végétation et au sol. Les surfaces nécessaires aux chemins et pistes augmentent et leur utilisation excessive est une source de dégâts par piétinement, érosion ou surfertilisation.

Vélo tout terrain (VTT)

Le VTT connaît depuis un certain temps un véritable essor - que ce soit en forêt à proximité d'agglomérations, le long de cours d'eau ou en montagne. Le nombre de cyclistes continue d'augmenter, de même que leur utilisation de l’espace et du temps. Les vélos électriques permettent depuis peu à davantage de personnes d'atteindre des zones très reculées. Dans le même temps, l'industrie du tourisme favorise cette tendance en ajoutant constamment de nouveaux itinéraires, infrastructures et événements.

 

Ce n'est pas un cycliste isolé qui se révèle problématique pour la nature, mais l'augmentation générale de la fréquentation. Cela peut conduire à déranger la faune, endommager la végétation et le sol, ainsi que générer des conflits avec d'autres utilisateurs.

 

Quel est l’engagement de Pro Natura ?

 

Nous nous impliquons dans : 

> la construction d'infrastructures (par exemple pour les pistes de descente)
> la planification des itinéraires de VTT
> la sensibilisation et la gestion des cyclistes.

 

Liens

> Ligne directrice « Protection du paysage et VTT » de la Fondation suisse pour la protection et l'aménagement du paysage

> Prise de position « Coexistence entre randonnée pédestre et vélos /VTT »  de Suisse Rando, Swiss Cycling, etc.

> Guide « Installations pour VTT »  du Bureau de prévention des accidents

Cycliste sur un petit sentier, avec en arrière-plan des sapins et des montagnes
Le VTT a le vent en poupe. Le problème ne vient pas de cyclistes individuels, mais de l'augmentation globale des personnes dans la nature. © Pro Natura, Matthias Sorg
Randonnées à ski et en raquettes, freeride

L'hiver pose des défis majeurs à la faune, surtout en montagne : une nourriture rare, des déplacements laborieux, des conditions climatiques difficiles. Dans de telles situations, les animaux doivent se montrer très économes avec leurs réserves d’énergie et se révèlent par conséquent très vulnérables aux dérangements. De nombreux animaux peuvent s'habituer à des personnes qui se déplacent dans la nature de façon prévisible (par ex. sur des pistes ou itinéraires fixes). Cependant, skieurs et raquetteurs pénètrent également dans des habitats prétendument tranquilles, à l’écart des pistes.

 

Avec quelques règles simples de conduite, tous les sportifs peuvent se déplacer avec respect dans la nature. Il s’agit de :

> respecter les zones de tranquillité et les sites de protection de la faune

> rester sur les sentiers et suivre les itinéraires recommandés

> éviter les lisières et les surfaces non enneigées

> tenir les chiens en laisse.

 

Quel est l’engagement de Pro Natura?
Nous nous impliquons dans :

> la construction d'infrastructures (par exemple, des pistes de ski)

> la planification des itinéraires de ski

> la sensibilisation et la canalisation des sportifs sur des itinéraires officiels

> la délimitation des zones de tranquillité.

 

Liens
> Sports de neige et respect
> Zones de tranquillité en Suisse
> Sports de montagne en hiver

Promeneurs en raquettes dans un paysage d'hiver avec un ciel bleu lumineux
Les sports d'hiver sont très populaires. Quelques règles de conduite simples suffisent déjà, à elles seules, pour approcher de façon respectueuse la nature. © Pro Natura, Matthias Sorg

Quel est l’engagement de Pro Natura ?

Pro Natura est déterminée à veiller à ce que les incidences négatives des activités récréatives sur la faune sauvage et ses habitats soientévitées, ou du moins minimisées.

 

Panneau d'information des sentiers de randonnée officiels en hiver
Pro Natura s'engage, par exemple, à sensibiliser et canaliser sur des itinéraires officiels les personnes pratiquant des sports de neige, ainsi qu’à délimiter des zones de tranquillité. © Pro Natura, Matthias Sorg