Une femme en randonnée dans les montagnes traverse un ruisseau © Matthias Sorg

Activités de loisirs en pleine nature

Que ce soit pour faire du sport, se détendre ou trouver de l’inspiration, lorsque nous sortons dans la nature, nous la partageons avec d’autres êtres vivants. Notre impact devrait alors être aussi faible que possible afin de préserver la nature pour les animaux et les plantes ainsi que pour les générations futures.

Nous apprécions toutes et tous les loisirs et le sport en plein air – à toute heure, par tous les temps et toute l’année. Dans les forêts les plus profondes, les vallées les plus reculées et jusque sur les plus hauts sommets des Alpes. Nous ignorons cependant trop souvent l’impact de ces activités sur la nature.

Davantage de mobilité, de temps libre et d’offres

De nouveaux sports à la mode tels que le canyoning et le stand up paddle prolifèrent. Des activités auparavant peu pratiquées, comme la randonnée en raquettes, sont «redécouvertes». Nous utilisons davantage d’appareils techniques tels que vélos électriques, motoneiges ou drones. Et avec l’amélioration des infrastructures, de plus en plus de personnes s’épanouissent en faisant de la randonnée, du VTT et du ski de randonnée.

Le fait est que nous sommes plus mobiles que jamais. Nous avons davantage de temps libre et nous dépensons volontiers de l’argent pour nos loisirs. Les priorités de notre société ont changé.

Préservons ce que nous aimons

Nos diverses activités de loisirs se répercutent différemment sur la nature. À première vue, les dommages que nous causons ne sont pas toujours perceptibles. Bien souvent, nos activités de loisirs effrayent les animaux sauvages et les forcent à fuir. Ces derniers dépensent alors une énergie précieuse et leurs habitudes sont bouleversées. Si les perturbations sont fréquentes, elles impactent leur habitat ainsi que leur reproduction, et donc leur survie. Cette problématique est actuellement bien connue et documentée. Par ailleurs, d’autres facteurs génèrent déjà du stress chez de nombreux animaux sauvages, tels que la circulation routière et la construction d’infrastructures.

Notre comportement a donc une incidence directe sur la grande faune sauvage. Les petits animaux, la végétation et le sol en pâtissent aussi. Les surfaces nécessaires aux chemins et pistes augmentent et leur utilisation excessive entraîne des dégâts par piétinement, érosion ou surfertilisation.

Il est important d’y réfléchir: mon activité nuit-elle à la nature? En cas de doute, différentes plateformes d’information sont à disposition.

Sensibilisation des sportifs et touristes

Quelques moyens simples et règles de comportement s’avèrent souvent très efficaces pour instaurer une relation respectueuse avec la nature. Nous nous engageons dans des campagnes et soutenons des conventions avec des associations locales, comme dans le domaine du VTT par exemple.

Veuillez respecter les règles suivantes

Cela pourrait aussi vous intéresser