Le lézard agile – L'animal de l'année 2005

Le lézard agile, appelé aussi lézard des souches, est l'animal de l'année 2005. Il s'agit d'un petit animal peu exigeant et discret. Une place au soleil, une bonne cachette, un domicile hivernal bien tranquille: voilà tout ce qu'il lui faut. Il trouve souvent tous ces éléments réunis là où la forêt se transforme progressivement en pâturage, aux endroits oubliés et abandonnés: fossés, remblais de chemin de fer et prairies sèches. Mais un pays où chaque centimètre carré est utilisé, où les lisières forestières sont tirées au cordeau et où le dernier lopin de pré est fauché, n'offre plus guère de place au lézard agile.

 

        tl_files/bilder/2_unsere_themen/tier_des_jahres/2005/zauneidechse_weib.jpg tl_files/bilder/2_unsere_themen/tier_des_jahres/2005/zauneidechse_mann.jpg

               La femelle © T. Marent                           Le mâle © T. Marent


A quoi ressemble-t-il?

Pour les non-spécialistes, le lézard agile ou lézard des souches est simplement le lézard type. Comme chez tous les reptiles, son corps est couvert d'une multitude de petites écailles. Il peut mesurer jusqu'à 24 centimètres avec la queue, qui représente la moitié de la longueur du corps. Ses pattes partent depuis les côtés du corps.

Le corps est relativement puissant et trapu. Le museau est arrondi. Les deux sexes présentent des bandes claires sur le dos et des ocelles claires le long des flancs. La couleur de base de la femelle est le brun, celle du mâle le vert. A la saison de l'accouplement, au mois de mai, ce vert est particulièrement éclatant. Le dos est coupé d'une bande brune contrastée qui va de la tête à la base de la queue.

On peut confondre le lézard des souches avec trois autres espèces de lézard vivant en Suisse. Le lézard des murailles est fin et il a une tête plus pointue. Le mâle comme la femelle du lézard vert arborent un vert vif. Et le plus petit du quatuor, le lézard vivipare, a une petite tête et il est de couleur brune.

Que mange-t-il?

Les lézards agiles mangent surtout des insectes et d'autres arthropodes. Ils ont une prédilection pour les scarabées et leurs larves. Les lézards se nourrissent aussi d'araignées, de chenilles, de sauterelles ou de cigales. Plus rarement, ils attrapent des escargots ou des vers. Le lézard agile s'intéresse moins aux cloportes ou aux fourmis. Les individus plus âgés consomment trois à huit proies par jour, les jeunes quatre à six.

 

Un lézard mange l'équivalent de deux à quatre fois son poids par année, soit 20 à 40 grammes. C'est très peu par rapport aux mammifères à sang chaud et aux oiseaux. Le lézard agile a besoin d'eau. Il lèche souvent la rosée ou les gouttes de pluie qui se déposent sur des herbes, des pierres ou des feuilles.

Où vit-il et quel est son milieu?

On trouve le lézard agile partout en Suisse, excepté au Tessin et en altitude. En principe, il ne monte pas en dessus de 1000m. Il existe toutefois une population isolée en Basse-Engadine qui prospère à 1500m. Le fait qu'on ne trouve justement pas de lézards des souches dans la région la plus ensoleillée de Suisse, où vivent le plus grand nombre de reptiles, s'explique par l'histoire de leur migration. Après la période glaciaire, le lézard des souches a colonisé le pays depuis le nord-est et depuis le sud-ouest. Il n'a pas pu passer de hautes montagnes en raison de ses exigences relatives au milieu et du climat rude. Le chemin de la plaine du Pô lui est donc resté fermé.

Le lézard agile colonise une grande diversité de milieux de vie: prairies sèches, remblais de chemin de fer, talus, fossés, haies, jardins naturels, mais aussi bas-marais, prairies humides et lisières forestières. Il a une préférence pour les versants sud. Dans son milieu de vie, il a besoin d’éléments qui dépassent de la végétation, afin de pouvoir se chauffer au soleil: tas de bois, de pierres ou de gravier, souches d'arbres ou troncs couchés à terre.

Comment vit-il?
Un couple en copulation © P. Morier-Genoud
© P. Morier-Genoud

Comme tous les reptiles, le lézard agile est un animal à température variable (à sang froid). La température de son corps dépend de la température extérieure. Il passe l'hiver à un endroit protégé, dans une léthargie profonde. La période d'activité reprend en mars ou en avril. L'accouplement a lieu en mai. La femelle pond ensuite jusqu'à 15 œufs qu'elle enterre dans un sol meuble, à un endroit sablonneux. Les œufs n'ont qu'une fine coquille calcaire parcheminée. C'est le soleil qui se charge de les couver. La durée de couvaison, c'est-à-dire le temps d'incubation, dépend des conditions météorologiques. Lorsqu'il fait beau et chaud, le développement des œufs est plus rapide. A 28°C, il prend environ cinq semaines. Par temps plus froid, les œufs éclosent après 60 jours seulement, voire après 100 jours dans les cas extrêmes. A peine sortis de l'œuf, les petits lézards peuvent se débrouiller par leurs propres moyens.

Le lézard est généralement diurne. Au début du printemps et en automne, les lézards s'activent surtout pendant les heures les plus chaudes de la journée. En été, par contre, ces animaux se chauffent au soleil le matin, chassent et se retirent à l'ombre au plus chaud de la journée. Ils ne reparaissent qu'à la fin de l'après-midi pour se remettre au soleil. Au début de la soirée, les lézards se retirent déjà dans leurs quartiers de nuit.

Qui sont ses ennemis et comment fait-il pour leur échapper?
Les chats domestiques peuvent décimer des populations de reptiles. © P. Rüegg
© P. Rüegg

Des oiseaux de proie, des hérons, des hiboux, mais aussi des oiseaux chanteurs et des mammifères comme la martre, le renard et le sanglier comptent parmi les ennemis naturels du lézard des souches. Même d'autres reptiles, comme la coronelle lisse, dont les petits sont spécialisés dans la chasse aux reptiles, sont des prédateurs du lézard agile. Les courtilières communes ou les carabes se régalent des œufs de lézards.

Comme beaucoup d'autres reptiles, les lézards agiles peuvent se séparer de leur queue en cas de danger. Quand on attrape un lézard agile par la queue, il contracte rapidement ses muscles. La queue se brise à un point de rupture précis du segment où le lézard a été attrapé. Le morceau de queue perdu fait des soubresauts, détournant ainsi l'attention de l'ennemi. Le lézard profite de cette diversion pour s'enfuir. La queue repousse en partie. L'animal perd néanmoins une partie de son dépôt de graisse et sa rapidité et sa mobilité sont amoindries.

Les menaces qui pèsent sur lui

Implantation anarchique des constructions, agriculture intensive et utilisation soutenue du sol, densité élevée de chats domestiques à proximité des habitations: en Suisse, les peuplements de lézards agiles ont souffert de ces conditions. Il passait encore pour «commun», c'est-à-dire fréquent, jusqu'au siècle passé. Aujourd'hui, il est considéré comme menacé en Suisse.

 

Pour un grand nombre de personnes, le lézard n'est plus qu'un souvenir des promenades dominicales de leur enfance. Les lézards des souches aiment les zones de transition et les lisières. Ces milieux ont été éliminés dans notre pays où les lisières forestières sont tirées au cordeau. Les derniers vestiges d'herbes sèches sous une clôture, qui pourraient servir de cachette à un lézard, sont la proie de la faucheuse, des flammes ou des herbicides.

Comment l'aider?
Un mur de pierres sèches dans votre jardin sera très bénéfique aux lézards agiles. © P. Morier-Genoud
© P. Morier-Genoud

On peut favoriser la présence du lézard agile ou lézard des souches par différentes mesures:


Ne pas utiliser de produits chimiques sur les talus de routes et les remblais de chemins de fer, deux importants milieux de vie de remplacement. Limiter les interventions avec des machines.


Faucher à la fin de l'été ou durant la mauvaise saison par temps frais ou tard dans l'année; le mieux est de ne couper l'herbe qu'une fois par année sur les surfaces non-exploitées par l'agriculture. On peut aussi laisser les herbes sèches.


Aménager des lisières forestières étagées sur un tracé en arc de cercle, des ourlets ensoleillés et une strate herbacée diversifiée.


Aux endroits appropriés, empiler des tas de pierres ou de bois exposés au soleil et veiller à ce qu'ils ne soient pas envahis par la végétation.


Même dans un jardin privé, on peut offrir un abri aux lézards des souches avec des mesures similaires. Dans les zones habitées, il faut tenir les chats éloignés des lieux où pourraient vivre des lézards agiles; par endroits, ces prédateurs peuvent anéantir des populations entières de reptiles!