Une musaraigne sauvée sur une main

Barrières et pièges dans l’espace urbain

Petites mesures, grande efficacité: dans l’espace urbain, dans le jardin et autour de la maison, il existe de nombreux pièges et barrières pour les petits animaux. Souvent, nous ne nous en apercevons même pas. Ils ne sont pourtant pas difficiles à éliminer.

Beaucoup de petits animaux, mais aussi de plus grande taille, utilisent une zone bâtie comme une partie de leur habitat. Ainsi, on trouve par exemple des loirs dans les combles des maisons, des tritons alpestres et des grenouilles dans l’étang du jardin et des hérissons qui se régalent de limaces dans les plants de salade. Le renard et la martre, eux aussi, s’aventurent dans les villages et les villes. Mais nous les Hommes, nous empiétons çà et là, sans le savoir, sur l'«habitat» de nos colocataires et les mettons en danger de mort.

Veillez à éliminer les pièges à faune existants ou à ne pas en créer de nouveaux. Il n’en faut pas plus pour aider la nature. Les villages et villes servent également d’habitat à tout un monde animal. Vous donnerez ainsi plus de valeur à l’espace urbain et assumerez vos responsabilités vis-à-vis de la nature.

Les dangers pour les animaux sauvages autour de la maison

    Il existe aussi différents dépliants sur ce sujet avec pour titres: «ATTENTION, animaux sauvages!» et «Des amphibiens autour de sa maison». Sur demande, nous vous en enverrons volontiers plusieurs exemplaires. Merci de prendre contact par e-mail:



    Pour les chauves-souris et certaines espèces d’oiseaux, les combles sont des habitats importants. © Jan Gürke
    Pour les chauves-souris et certaines espèces d’oiseaux, les combles sont des habitats importants.

    Le grenier comme refuge

    Avis aux propriétaires : les greniers sont aussi un habitat idéal pour les chauves-souris et les oiseaux. Faites attention de ne pas boucher les trous d’accès lors de vos rénovations. Sinon, les animaux risquent d’être piégés ou enfermés à l’extérieur de leur logement. Veuillez donc consulter des ornithologues ou des spécialistes des chauves-souris lors de vos rénovations. Par cet engagement, vous aidez à conserver des possibilités essentielles de nidification et de repos.

    Les récipients ouverts sont des pièges mortels pour les petits rongeurs. © Jan Gürke
    Les récipients ouverts sont des pièges mortels pour les petits rongeurs.

    Couvrez les seaux

    Lors de vos travaux extérieurs, pensez à protéger les petits animaux autour de la maison : ne laissez pas traîner de récipients ouverts, tels que pots de fleurs, bidons ou autres objets similaires, car ils peuvent devenir rapidement des pièges mortels pour les petits animaux. Merci de penser à refermer, retourner ou ranger ces objets.

    Pour les oiseaux, les vitres sont souvent des pièges mortels. © Jan Gürke
    Pour les oiseaux, les vitres sont souvent des pièges mortels.

    Autocollants de protection pour les oiseaux

    Pour éviter que les oiseaux ne percutent les fenêtres, ne se blessent ou meurent, pensez à coller des films de protection pour les oiseaux ou des autocollants d’oiseaux colorés. Vous pourrez ainsi prévenir que vos vitres ne reflètent le paysage environnant et simulent une trajectoire de vol sans obstacles. Veillez à protéger surtout les baies vitrées, les vitres des vérandas, des balcons, des terrasses ou les grandes fenêtres.

    les amphibiens, reptiles, coléoptères, petits rongeurs et hérissons peuvent y tomber et ne plus pouvoir en sortir en raison des parois abruptes ou des marches d’escalier. © Jan Gürke
    Les amphibiens, coléoptères et petits rongeurs peuvent y tomber et ne plus pouvoir en sortir en raison des parois abruptes ou des marches d’escalier.

    Des rampes pour aider à sortir des puits

    Les puits de lumière, de ventilation ou d’eaux usées situés à fleur de sol sont des pièges mortels pour les petits animaux. Les accès de cave ont le même effet: les amphibiens, les reptiles, les coléoptères ou les petits rongeurs, voire les hérissons, peuvent y tomber et ne plus parvenir à en sortir en raison de parois verticales ou de marches d’escalier.

    Vous pouvez y remédier en couvrant le puits d’une claie à fines mailles, en réalisant un rebord surélevé ou en disposant un fossé crénelé autour du puits ou de l'accès à la cave. La mise en place d’une «aide à la montée», par exemple une mince planche de bois posée au-dessus de l’escalier ou dans le puits, permet aux animaux de s’échapper. Un nouveau puits de lumière peut être habillé de pierres disposées de manière à former une pente douce.

    Brûler les tas de branches et éliminer les piles de bois de chauffage privent hérissons, chauves-souris, loirs et petits rongeurs de leur quartier d’hiver. © Jan Gürke
    Brûler les tas de branches et éliminer les piles de bois de chauffage privent hérissons, chauves-souris, loirs et petits rongeurs de leur quartier d’hiver.

    Ne nettoyez pas votre jardin en automne

    Un jardin proche de l’état sauvage offre de nombreuses cachettes pour les petits animaux. Si vous brûlez des tas de branches ou que vous ramassez des bûches pour le bois de feu, vous détruisez en même temps les lieux d’hibernation des souris et des hérissons. Un peu de désordre ne fait pas de mal et constitue une aide importante pour plus de biodiversité dans les zones urbaines.

    De beaux chemins à l'état naturel comme sur l'image se font de plus en plus rares. © Andrea Haslinger
    De beaux chemins à l'état naturel comme sur l'image se font de plus en plus rares.

    Renoncez au goudron et au béton

    Vers de terre, coléoptères et nombre de petits auxiliaires du jardin ont besoin d’un sol naturel pour se déplacer. Les espaces verts et jardins situés en zone urbaine ne constituent généralement pas un habitat approprié pour la plupart des animaux, car ils n’offrent souvent ni abri, ni nourriture. Les murs en béton et les surfaces étanches sont des barrières et n’offrent aucun habitat pour les animaux.

    Un jardin naturel est un lieu de détente pour les Hommes, mais aussi un habitat pour ses occupants animaux et végétaux. Une conception variée du jardin doit intégrer différents éléments tels que des arbres, des buissons, des surfaces de prairie et de gravier, des murs secs, des zones ensoleillées et des coins ombragés.

    Remplacez les clôtures par des buissons indigènes © Andrea Haslinger
    Remplacez les clôtures par des buissons indigènes.

    Des haies vives à la place des clôtures

    Les petits animaux sauvages ont besoin de liberté de mouvement. Aidez-les en rendant votre jardin accessible à la faune sauvage. Vous pouvez par exemple remplacer les barrières et les clôtures par une haie sauvage d’arbustes indigènes. Cette jolie limite naturelle permet par la même occasion une revalorisation écologique efficace. Si vous ne pouvez pas faire sans barrière, privilégiez plutôt une barrière en bois avec des espaces permettant le passage des petits animaux. Les clôtures constituent non seulement des barrières qui fractionnent les habitats des animaux, mais peuvent aussi représenter des pièges dangereux.

    Les filets constituent des pièges dangereux pour les hérissons, les oiseaux, les renards, les blaireaux et autres animaux. © Shutterstock / Thomas Barrat
    Les filets constituent des pièges dangereux pour les hérissons, les oiseaux, les renards, les blaireaux et autres animaux.

    Pas de filets inutiles

    Les filets au-dessus des arbres fruitiers, des baies et des vignes sont des pièges dangereux pour les animaux sauvages. En essayant de passer à travers, les oiseaux, les hérissons ou toutes les autres petites bêtes s’y emmêlent et meurent étouffés.

    Si leur utilisation est inévitable, choisissez des filets à fines mailles, souples et colorés. Fixez-les correctement et contrôlez-les régulièrement.

    Pour de nombreux petits animaux, les étangs et les piscines peuvent devenir des pièges mortels. © Shutterstock / iamjeffery
    Pour de nombreux petits animaux, les étangs et les piscines peuvent devenir des pièges mortels.

    Bâchez les piscines et les mares

    Aussi beau que puissent être un étang de jardin ou une piscine pour les habitants d’une maison, pour beaucoup de petits animaux tels que des petits rongeurs, des reptiles, mais aussi des renards, des blaireaux ou des hérissons, ils peuvent se muer en un piège mortel.

    Les animaux courent le risque de se noyer dans un bassin rempli non couvert ; d’autre part ils peuvent, en hiver, tomber dans le bassin vidé. Dans tous les cas, il n’y a aucune échappatoire. Couvrez les bassins et étangs à bords abrupts la nuit et en hiver, installez une échappatoire avec une planche ou des pierres disposées en pente douce et surélevez les bords du bassin. Une alternative consiste à mettre en place un biotope humide ou un étang de baignade avec des rives plates.