Siterenmoos © Bastien Amez-Droz

Les marais ont besoin d’eau

Le constat est sans appel: à elle seule, la protection légale des marais dans la Constitution suisse ne suffit pas à sauver ces précieux milieux naturels. Le maintien d’une exploitation agricole adaptée et la mise en œuvre de mesures de régénération sont indispensables pour enrayer ce déclin.

Les marais sont des enfants de l’eau et ne peuvent survivre sans elle. On pourrait les décrire comme une sorte d’éponge de tourbe couverte de plantes et d’animaux, rares et étonnants. Lorsque le sol est engorgé d’eau et donc pauvre en oxygène, les feuilles et racines mortes des plantes ne sont pas complètement dégradées. Elles s’accumulent année après année et forment un coussin de tourbe atteignant plusieurs mètres d’épaisseur au fil des millénaires. Les marais sont ainsi de véritables puits à carbone, favorables à la régulation du climat. Alors qu’ils n’occupent que 3% des terres émergées, ils stockent 1/3 du carbone piégé sur la planète, soit plus que toutes les forêts!

Une biodiversité rare et précieuse

Outre leur faculté à stocker le carbone, les marais sont de fascinants milieux naturels caractérisés par des extrêmes sur les plans hydrique et thermique. Ils abritent des plantes et des animaux uniques qui ne peuvent survivre ailleurs. En Suisse par exemple, ¼ de la flore menacée trouve refuge dans les marais. Ces milieux humides sont également d’irremplaçables archives de l’histoire régionale dont les traces sont conservées dans leur tourbe. Ils participent aussi à la protection contre les crues et à l’épuration des eaux.

Au chevet des rescapés

Malgré leurs nombreux atouts, les marais ont longtemps été considérés comme des lieux malsains ou improductifs qu’il fallait assainir. Ils ont été drainés et leur tourbe exploitée comme combustible. Plus de 90% des marais ont ainsi disparu.

Les biotopes restants portent encore souvent de profondes traces d’exploitation et les drainages les assèchent encore à l’heure actuelle. Il en résulte une dégradation de la tourbe – libérant des tonnes de gaz à effet de serre – et une disparition de la précieuse flore marécageuse.

En plus de leur protection légale, il est impératif d’entreprendre des mesures de régénération pour sauver les marais. Le rétablissement d’un fonctionnement hydrique favorable, dans les marais mais aussi dans leurs zones d’approvisionnement en eau, est indispensable pour la conservation des biotopes et de leurs habitants. Pro Natura s’engage en faveur des marais et conduit différents projets de régénération à travers la Suisse. Notre association travaille également main dans la main avec ses fermiers pour une exploitation adaptée des bas-marais.