Palmenfrüchte liegen am Boden, im Hintergrund eine nicht asphatierte Strasse und Palmen © Bertrand Sansonnens

Palmiers à huile et huile de palme

Un peu partout sous les tropiques, les forêts reculent devant les palmiers à huile. Pro Natura soutient trois organisations du Sud dans leur combat contre la destruction des habitats naturels et l‘accaparement des terres.

Un produit sur six vendu par le commerce de détail en Suisse contient de l’huile de palme. Celle-ci est l’huile végétale la plus consommée au monde, sa consommation a doublé au cours des 15 dernières années.
Pourquoi un tel essor? Pour l’industrie alimentaire, les qualités de cette huile sont nombreuses (longue durée de conservation, inodore et facilement utilisable pour de multiples usages à température ambiante). Elle est surtout très bon marché: les terres utilisées pour sa culture dans les pays du Sud ne coûtent pas cher et les salaires des travailleurs agricoles y sont très bas.

Les conséquences sont dramatiques: principaux réservoirs de terres à cultiver, les écosystèmes parmi les plus riches du monde, notamment les forêts tropicales humides, disparaissent à rythme accéléré, avec la flore et la faune qui les composent. Les forêts immenses d’Indonésie et de Malaisie sont réduites comme peau de chagrin et les plantations s’étendent dorénavant de plus en plus en Afrique et en Amérique tropicales. L’impact environnemental  est énorme, particulièrement sur le climat du fait des émissions massives de CO2 causées par la déforestation.

Le bilan humain n’est pas meilleur: expropriations des communautés locales, atteintes aux droits humains, travail des enfants. La certification, comme celle de la Roundtable on Sustainable Palm Oil (RSPO), n'est pas une solution. Elle attribue des certificats aux entreprises et aux plantations qui produisent une huile de palme prétendument durable, mais ne parvient pas à apporter une réelle amélioration. Les forêts continuent de disparaître et les plantations ne cessent de s’étendre.

Un projet des Amis de la Terre International sur trois continents

Trois organisations membres des Amis de la Terre, qui font face au problème de l’extension de la culture des palmiers à huile, sont engagées dans le projet: Sahabat Alam Malaysia (Malaisie), Environmental Rights Association (Nigéria) et Madre Tierra (Honduras). Chacune rassemble des informations sur les problèmes locaux liés aux plantations d’huile de palme, y compris celles qui sont certifiées. Une étude synthétisant les résultats sera publiée par les Amis de la Terre International. Sur cette base, des mesures pourront être élaborées pour défendre les intérêts des communautés paysannes et de leur espace de vie au niveau national. Un argumentaire sera aussi développé pour aider d’autres organisations membres dans leur lutte et pour porter la résistance à un niveau mondial, par ex. lors de conférences internationales.

Parallèlement au soutien accordé aux communautés locales pour la défense de leurs droits, il est aussi important d’agir en Suisse. C’est pourquoi Pro Natura s’allie à Pain pour le prochain, qui co-finance le projet, pour sensibiliser le public et les élus politiques aux conséquences de la production d’huile de palme. C’est aux pays riches de montrer la voie en diminuant leur consommation!

Cela pourrait aussi vous intéresser

Let­tre ouverte au con­seiller fédéral Schnei­der-Ammann: pas d’huile de palme dans l’accord com­mer­cial avec l’Indonésie

Berne/Zurich, le 2 février 2018. L'huile de palme doit être exclue de l'accord de libre-échange entre la Suisse et l'Indonésie. C’est ce qu’exigent les organisations suisses de défense de l'environnement, des…

Communiqué aux médias

Pro Natu­ra Magazine

Le Magazine Pro Natura est la principale revue dans…

Article

Les effets de la péti­tion sur l’huile de palme: Coop réduit la con­som­ma­tion, les autres doivent suivre

Victoire d'étape pour Pain pour le prochain, Action de Carême et Pro Natura dans la lutte contre l’accaparement de terres et la destruction de l'environnement par les plantations de palmiers à huile: Coop diminue l'utilisation…

Communiqué aux médias