Embrousaillement Vionnaz

Projet de mise en valeur des Rigoles de Vionnaz - Nouveaux habitats pour les espèces des marais

Pro Natura Valais a revalorisé le marais des Rigoles de Vionnaz, d'une superficie de 27 hectares, grâce à un projet ambitieux. Un petit paradis pour les habitants désormais rares de l'ancienne plaine du Rhône : Par exemple, un castor réside dans la région, le martin-pêcheur chasse régulièrement dans les étangs et de nombreuses espèces de libellules utilisent les différents habitats.

Autrefois, la vallée du Rhône était une immense zone de marais et de roseaux à travers laquelle le Rhône serpentait et inondait périodiquement une grande partie. Aujourd'hui, ce paysage original a largement cédé la place à des plantations de légumes et de fruits ou à des habitations. De nombreuses espèces de zones humides ne peuvent être trouvées que dans quelques zones, principalement protégées. Le marais des Rigoles de Vionnaz est l'une de ces zones.

Protéger uniquement n'est pas suffisant

© Thierry Largey

Même si la zone figure dans l'inventaire national des sites d'amphibiens et des tourbières d'importance nationale, les marais se sont lentement asséchés au cours des dernières décennies. Les étangs se sont envasés et les zones adjacentes ont été envahies par des plantes ligneuses. C'est pourquoi ce projet de réhabilitation a été initié.

À l'avenir, la zone sera maintenue ouverte grâce à une gestion régulière des plantes ligneuses - et à un pâturage adapté dans les zones environnantes. Grâce à un accord avec le canton du Valais, ce dernier prendra en charge une grande partie de ces coûts d'entretien.

Apparition d'une zone humide pleine de vie

© Marjorie Berthouzoz

En plusieurs étapes, les zones nord et centrale des Rigoles de Vionnaz ont été fortement éclaircies. La zone est désormais beaucoup plus ouverte, humide et diversifiée. Les zones tampons continuent d'être pâturées par des bovins écossais. Les zones marginales déboisées de la zone centrale doivent être maintenues ouvertes à titre expérimental, avec un pâturage de buffles d'eau. Les premiers résultats de soins pour avec les animaux sont très positifs.

En outre, de nouveaux bras d'eau - et dans la zone nord, deux nouveaux étangs ont été créés. Après l'utilisation des grandes machines, la zone a d'abord ressemblé à un paysage lunaire. En effet, au cours des premiers mois, les rives nouvellement créées étaient encore nues. Entre-temps, ces zones ont de nouveau été envahies par la végétation. De nombreuses espèces végétales typiques qui aiment l'humidité en profitent : Par exemple, divers carex, le rubanier dressé ou scutellaire à casque.

Découvertes passionnantes garanties

© Marjorie Berthouzoz

La réserve naturelle offre aux visiteurs un aperçu passionnant d'une zone humide diversifiée. Plusieurs panneaux d'information destinés aux visiteurs fournissent toutes sortes d'informations intéressantes sur ces zones spéciales et leurs habitants. Pour que les animaux et les plantes soient dérangés le moins possible, les monticules d'observation sont équipés de paravents. Un chemin fait le tour de la zone ; le visiteur a ainsi un aperçu de ces divers habitats. Les libellules patrouillent les zones d'eau sans être dérangées, une rousserolle effarvatte fait de la gymnastique dans les tiges de roseaux, tandis qu'une couleuvre à collier cherche sa nourriture dans l'eau le long de la rive de l'étang.

L'avenir du marais

© Marjorie Berthouzoz

Grâce à ce projet, l'une des rares grandes zones humides du fond de la vallée du Valais a été restaurée. Ce résultat a été obtenu grâce à une collaboration exemplaire avec le canton du Valais, la Station ornithologique suisse et Pro Natura Valais. Mais cette coopération ne s'arrête pas à la fin du projet : selon les objectifs de conservation convenus entre le canton et Pro Natura, cette zone protégée est entretenue par Pro Natura - avec le soutien de bénévoles, de groupes de service civil et de deux agriculteurs avec leurs animaux.

Cela pourrait aussi vous intéresser