Marais et paysages marécageux

Les marais et les paysages marécageux constituent des milieux particulièrement menacés. Il ne reste même plus 10% des marais d’origine. En effet, leur régime hydrique naturel a été dérangé ou détruit pendant si longtemps, que des mesures spécifiques de régénération sont devenues indispensables. Pro Natura s’engage pour leur protection.

 

On trouve dans les marais des espèces animales et végétales rares qui ne peuvent vivre que dans ce genre d’habitats. Les utilisations antérieures, comme l’extraction de la tourbe ou le drainage pour l’agriculture, ont tellement influencé ce type d’habitat au cours des 150 dernières années, que les marais se sont réduits à de petites surfaces ou ont complètement disparu. En acceptant, en 1987, l’initiative de Rothenthurm, le peuple suisse a décidé qu’il fallait mieux protéger ces habitats.


La Suisse laisse ses marais s’assécher


Schwander Moor früher    Schwander Moor heute
Par exemple le marais de Schwander (OW) avant... (Photo: WSL/Pro Natura)   .. et maintenant  (Photo: WSL/Pro Natura)


Une protection des marais encore insuffisante
L’initiative du Rothenthurm représente un jalon historique dans la protection de la nature en Suisse. Grâce à son extraordinaire succès en votation en 1987, 549 hauts-marais, 1163 bas-marais et 89 paysages marécageux ont été inventoriés et placés sous protection.


Cependant, l’application des lois en matière de protection des marais n’est pas encore à la hauteur: au lieu de 100% de l’ensemble des marais, seuls environ 90% sont légalement protégés par les cantons. Il n’y a pas assez de zones tampons, de mesures de régénération adéquates et de plans de gestion pour assurer une bonne conservation des marais. Il faut savoir que les marais doivent être revitalisés si on veut les conserver, car les plaies des utilisations antérieures ne sont pas encore guéries et continuent de leur soutirer l’eau qui leur est nécessaire.

 

La protection des marais est synonyme de protection du climat  

Les inventaires nationaux des hauts- et bas-marais, ainsi que des sites marécageux, recensent environ 1800 objets. Les hauts-marais et bas-marais encore intacts recouvrent environ 370 km2. Dans les marais, le niveau d’eau élevé en permanence fait que la matière végétale morte se dépose dans l’eau et se transforme en tourbe, car elle ne peut pas se décomposer. Les sols tourbeux de notre pays contiennent quelque 48 millions de tonnes de carbone organique, formant ainsi un important réservoir de carbone. La mise en œuvre de mesures de régénération échoue le plus souvent à cause du financement, alors que selon l’Académie des sciences naturelles, Fr. 600.- par an suffisent pour éviter 20 tonnes de CO2 par hectare de marais. La protection des marais protège non seulement la nature, mais également le climat à long terme.
 

Pro Natura protège les marais

Pro Natura a soutenu activement l’initiative de Rothenthurm. L’association s’investit aujourd’hui pour que la protection des marais, inscrite depuis lors dans la Constitution, soit mise en œuvre dans la réalité. Pro Natura est propriétaire d’environ 5 km2 carrés de marais répartis sur tout le territoire suisse, par exemple à Rothenthurm, aux Ponts-de-Martel et sur la rive sud du lac de Neuchâtel. Elle veille à ce que l’entretien de ses réserves soit réalisé en respectant les habitats marécageux.

 

Projets de régénération des marais

De nombreux marais se recouvrent de buissons et d’arbres, puis s’assèchent parce que les anciens canaux de drainage leur enlèvent l’eau nécessaire à leur survie et à leur fonctionnement. Dans les marais dont elle est propriétaire, Pro Natura met en place des projets de régénération pour rétablir le cycle naturel de l’eau. Des projets de ce genre sont en cours, entre autres, au marais de Rothenthurm (SZ), au Forenmoos (LU) et au marais des Pontins (BE).