Pâturage avec des ânes à Chalais © Wolfgang Bischoff

Des chèvres, des ânes et d’autres bovins pour la biodiversité

En Suisse, plus de 95% des prairies et des pâturages secs ont disparu au cours du siècle dernier. Pro Natura veut y remédier grâce au projet «Allegra Pierre le Chevrier».

Lorsque les prairies et les pâturages secs ne sont plus exploités, les surfaces s’embroussaillent et la biodiversité typique de ces habitats est ainsi perdue. Les prairies et les pâturages ont surtout été abandonnés dans les régions de montagne, car la fauche régulière et le pacage n’étaient plus rentables.

Pro Natura redonne vie à «Pierre le Chevrier»

En collaboration avec des agriculteurs, les autorités communales et les responsables cantonaux, Pro Natura a initié en 2006 le projet «Allegra Pierre le Chevrier» afin d’empêcher le reboisement progressif. L’association a accompagné trois projets durant cinq ans, à Chalais (VS), dans la Vallée du Rhin près de Coire (GR) et à Bergell (GR).
Des surfaces en voie de reboisement ont d’abord été éclaircies et un système de clôtures a été installé. La pâture a ensuite commencé avec les animaux adaptés afin de garder les milieux secs ouverts. L’expérience montre que les chèvres sont particulièrement adaptées à de tels projets. C’est pourquoi le projet porte le nom du jeune chevrier Pierre du célèbre roman Heidi.

Emplacement Altitude Durée Pacage avec des
Chalais (VS) 1300 2007-2011 ânes
Vallée du Rhin près de Coire (GR) 600-800 2008-2012 bovins, chèvres
Soglio (GR) 1300 2011-2015 chèvres, ânes, bovins

Dans le cadre des trois premiers projets d'«Allegra Pierre le Chevrier», Pro Natura a élaboré un guide pour les spécialistes. Celui-ci présente les conditions écologiques, sociales et économiques nécessaires pour rendre l’utilisation des prairies et pâturages secs dans les Alpes à nouveau attrayante pour les agriculteurs.

Téléchargez le guide ci-dessous (seulement en allemand):



Un bilan réjouissant

«Allegra Pierre le Chevrier!» avec des chèvres dans la vallée du Rhin, vers Coire. © Stephan Durrer / Oekoskop © Stephan Durrer / Oekoskop
«Allegra Pierre le Chevrier!» avec des chèvres dans la vallée du Rhin, vers Coire.

Les trois premiers projets de «Allegra Pierre le Chevrier» ont été mis en œuvre jusqu’en 2016. Au total, plus de 80 hectares de pâturages secs ont été revalorisés. L’embroussaillement des surfaces a nettement régressé. Le nombre d’espèces végétales et animales qui affectionne la sécheresse et la chaleur a augmenté. Au terme du projet, plus de 40% de l’ensemble des espèces de papillons diurnes indigènes et plus de 20% de toutes les espèces de sauterelles de Suisse ont pu être observées à Chalais et dans la Vallée du Rhin près de Coire.

Une exploitation durable est importante

Après le retrait de Pro Natura des projets, les pâturages secs revalorisés continuent d’être exploités par les agriculteurs participants. Cet engagement vaut la peine non seulement pour la nature, mais également pour les agriculteurs. Ces derniers perçoivent des paiements directs et contributions versés au titre de la conservation de la nature.

L’engagement de Pro Natura est encore nécessaire

L’embroussaillement dans les régions de montagne se poursuit. Pro Natura s’est donc engagée à revaloriser d’autres sites de grande valeur, par exemple à Zeneggen (VS). D’autres projets de «Allegra Pierre le Chevrier» sont prévus.

Cela pourrait aussi vous intéresser

Bio­di­ver­sité

La biodiversité - diversité des habitats, des espèces…

Animatura

Habi­tats alpins

Les milieux alpins et préalpins couvrent les deux tiers…

Thème