Blaufügelige Ödlandschrecke
03.01.2023 Animal de l’année

L’œdipode turquoise est l’Animal de l’année 2023

Un nom haut en couleur et un symbole fort: en regardant bien, on découvre chez l’œdipode turquoise (oedipoda caerulescens) non seulement des ailes d’un bleu saisissant, mais aussi un message important sur les crises du climat et de la biodiversité.

Pour survivre, il a besoin d’un bon équilibre entre soleil et ombre. La plupart du temps, il se camoufle avec maestria et, posé au sol, il est à peine visible. Mais quand il s’envole, l’œdipode turquoise déploie ses spectaculaires ailes bleues bordées de noir. Alors que le changement climatique représente une chance pour lui, la crise de la biodiversité fait peser une menace sur sa répartition en Suisse. 

Une présence révélatrice 

«L’animal de l’année 2023 est plein de contrastes», confirme Leo Richard, responsable de l’animal de l’année au Secrétariat romand de Pro Natura. L’œdipode turquoise préfère les terrains arides. Il colonise les prairies sèches discontinues, les bancs de gravier à la végétation clairsemée dans les zones alluviales et même certaines friches ferroviaires et industrielles qui retournent progressivement à l’état sauvage. En Suisse, on trouve surtout ce type d’habitats en Valais et au Tessin - plus rarement dans le nord du pays - et parfois en pleine ville. «Parmi les insectes, l’œdipode turquoise peut être considéré comme une espèce bioindicatrice. Sa présence est un bon signe pour la biodiversité et dans la grande majorité des cas, d'autres espèces peu fréquentes et exigeantes en termes d'habitat sont également présentes», précise Leo Richard.  

Paradis naturels éphémères

Cependant, la destruction des paysages fluviaux naturels ainsi que l’intensification de l’agriculture et de l’anthropisation des terres au cours des 100 dernières années ont entraîné une crise aiguë de la biodiversité et le déclin de nombreuses espèces d’insectes. Dans toute la Suisse, 60% des insectes et, parmi eux, 40% des orthoptères sont aujourd’hui menacés. «L’œdipode turquoise est potentiellement menacé en Suisse. Mais le changement climatique pourrait changer la donne», indique Leo Richard. L’élévation des températures favorise l’émergence de son habitat, mais il s’agit souvent de paradis éphémères. Sans dynamique naturelle ou sans entretien ciblé, ces habitats riches en espèces disparaissent à nouveau. 

L’épine dorsale de la biodiversité 

«Les insectes constituent l’épine dorsale de nombreux cycles naturels», souligne Leo Richard. «Ils fournissent la nourriture de nombreuses autres espèces, pollinisent les plantes, décomposent le matériel végétal et rendent encore bien d’autres services, souvent peu visibles. Leur déclin global et l’augmentation ponctuelle de certaines populations devraient nous alerter de la même manière. Ils montrent que la crise climatique et la crise de la biodiversité déséquilibrent les bases naturelles de notre existence.»  

Pour que les insectes comme l’œdipode turquoise puissent assumer leur fonction dans l’écosystème, la crise climatique et la crise de la biodiversité doivent être résolues conjointement. C’est pourquoi Pro Natura s’engage pour la promotion de la biodiversité par le biais de projets concrets de protection de la nature et, sur la scène politique, pour un tournant énergétique respectueux de la nature

Contact:

  • Leo Richard, chargé de communication Pro Natura, tél. 079 378 37 11, @email

Informations complémentaires

Info

Photo: © Blickwinkel / F. Perseke

Enregistrer

Imprimer