placat du campagne avec des insectes qui manifestent

Campagne «ensemble contre la disparition des insectes!»

Les abeilles, les papillons, les coléoptères et bien d’autres insectes sont les véritables héros de la nature – mais ils sont menacés. Avec notre campagne «Ensemble contre la disparition des insectes!», nous voulons assurer leur survie, car sans eux nos vies seront également mises en péril.

En seulement trois décennies, l’être humain a décimé jusqu’à 75% des effectifs des populations d’insectes dans diverses régions. De même le nombre d’espèces diminue dramatiquement. Les deux tiers de toutes les espèces de papillons et de coléoptères aquatiques sont menacés. 40% des espèces d’insectes étudiées jusqu’à présent en Suisse sont menacés. Au moins 163 espèces d’insectes sont considérées comme éteintes en Suisse, comme le clyte du nerprun, l’œdipode des torrents ou le gomphe à crochets.

Causes de la disparition des insectes

Plusieurs facteurs avec un impact différencié selon l’habitat et les espèces expliquent le déclin massif des insectes. Les principales causes de la disparition des insectes sont l’agriculture intensive, l’utilisation massive des pesticides ainsi que la destruction des habitats. La pollution lumineuse et le changement climatique y participent également de manière significative.

Un agriculteur injecte des pesticides dans son champ © Depositphotos / Robertcrum
Les pesticides tuent non seulement les insectes nuisibles à l’agriculture, mais tous les autres aussi.

Agriculture intensive

L’agriculture intensive impacte très négativement sur la nature et l’environnement. Elle est la principale responsable de la forte pollution par les pesticides. Ces poisons ont également des incidences sur les «organismes non cibles» telles que les abeilles sauvages et les abeilles mellifères. Les effets s’observent soit immédiatement soit à plus long terme. Dans les deux cas, les insectes meurent de l’ingestion de pesticides.

Chantier de construction avec des grues en face de la forêt. © Matthias Sorg
Avec toute nouvelle construction, l’habitat des insectes se réduit d’autant.

Perte d’habitats

Avec un secteur de la construction très actif et une agriculture intensive, ainsi qu’avec le drainage des zones humides, l’être humain détruit ou fragmente les habitats naturels des insectes. Le déclin des prairies sèches et des pairies de montagne riches en espèces entraîne la perte de précieux habitats. En outre, la faible mobilité de nombreux insectes les empêchent de surmonter certains obstacles qui nous semblent insignifiants, comme des bordures de route, et ils sont ainsi dans l’impossibilité de rejoindre d’autres habitats.

Des papillonsvolent vers une source de lumière © iStock / sutlafk
La pollution lumineuse fragilise les insectes.

Pollution lumineuse

La moitié des espèces d’insectes est nocturne. Elles dépendent de l’obscurité et de la lumière naturelle de la lune et des étoiles. Des rues illuminées 24h/24, des enseignes très lumineuses, des éclairages de jardin, etc. perturbent leurs comportements naturels – avec un impact négatif sur leurs chances de survie. Les insectes volants sont attirés par les sources de lumière artificielle, ils meurent d’épuisement ou deviennent une proie facile pour les oiseaux et les chauves-souris.

Petits animaux, grandes performances

Les insectes représentent la classe la plus riche en espèces du règne animal. Environ 60% de toutes les espèces animales dans le monde sont des insectes. Leur disparition a donc un impact énorme sur la survie d’autres espèces. La disparition des insectes est un signe alarmant de la régression généralisée de la biodiversité – et menace nos conditions d’existence. L’écosystème est comparable à un filet de sécurité: si trop de fils sont cassés, le filet ne tient plus.

Une abeille sur une fleur © Matthias Sorg
En tant que pollinisateurs, les insectes jouent un rôle essentiel dans les écosystèmes.

Pollinisation des fleurs

Les insectes pollinisent les fleurs de presque toutes les plantes sauvages et cultivées. Les fraises, le colza ou le café: environ un tiers de la production alimentaire mondiale dépend des insectes. Sans eux, de nombreuses plantes sauvages ou de culture ne peuvent ni se propager ni produire de fruits. En l’absence d’insectes pollinisateurs, les récoltes sont plus faibles. Les abeilles sauvages jouent un rôle beaucoup plus central qu’on ne le pensait auparavant: la pollinisation par les abeilles «domestiquées» est loin d’être suffisante pour garantir les rendements agricoles.

une alouette mange un insect © David Iliff; License CC-BY-SA 3.0.jpg
De nombreux animaux se nourrissent d’insectes - leur disparition les met sous pression pour survivre.

Source de nourriture

Les insectes constituent une source de nourriture primaire pour de nombreux autres animaux. Ils forment donc un maillon important de la chaîne alimentaire. Si les insectes disparaissent, les oiseaux, les poissons, les chauves-souris et d’autres insectivores n’auront plus de quoi se nourrir et s’éteindront également. Témoin en est, le déclin massif de l’alouette des champs en Suisse.

scatophaga stercoraria © Luc Viatour © Luc Viatour
Les insectes sont les héros du recyclage: par exemple, le scatophage du fumier. C’est l’une des espèces qui transforme la bouse de vache en précieux humus.

Ecosystème

Les insectes sont indispensables au bon fonctionnement d’un écosystème. Ces animaux à six pattes transforment les matières organiques mortes telles que les carcasses, le bois mort ou les matières fécales en matière première recyclable. Sans insectes, la nature s’étoufferait sous ses propres «déchets».

 Champ de légumes bio © Matthias Sorg © Matthias Sorg
Même en tant que parasites dans le potager, les insectes fournissent des services importants.

Sylviculture et agriculture

En foresterie et en agriculture, les insectes sont d’importants auxiliaires. En agriculture biologique, où les pesticides sont très largement abandonnés, la promotion des organismes utiles est un élément fondamental de la production. Ils contiennent la propagation des insectes indésirables.

Tout le monde doit agir – ensemble contre la disparition des insectes!

Les gros titres qui prédisent l’extinction des insectes dans un siècle sont absurdes. Mais la perte massive scientifiquement prouvée est dramatique et devrait tous nous alarmer. Afin d’empêcher la disparition des insectes, des mesures à grande et petite échelle s’avèrent nécessaires. Ce n’est que lorsque les consommateurs, les agriculteurs, les autorités et les associations assumeront une responsabilité commune que nous pourrons stopper la disparition des insectes.

Pro Natura

Au niveau politique, Pro Natura s’engage en faveur d’une agriculture respectueuse de la nature et exige une réduction de l’utilisation massive et inutile de pesticides et d’engrais de synthèse. Avec nos deux initiatives populaires Initiative biodiversité et Initiative paysage, nous nous engageons à protéger concrètement les habitats des insectes. Pro Natura promeut et protège activement les espèces d’insectes et leurs habitats grâce à ses propres projets novateurs et ses actions.

Informations sur l'Initiative biodiversité et l'Initiative paysage

Votre contribution

Les consommatrices et consommateurs contribuent de manière significative à la protection des insectes en achetant des aliments issus de l’agriculture biologique. Si vous cultivez votre propre jardin, il est très important de ne pas utiliser de produits chimiques, de planter des fleurs et des arbustes adaptés aux insectes et d’acheter des plantes à fleurs indigènes ou des plantes utiles aux insectes. Les plantes exotiques n’offrent aux insectes ni nourriture ni habitat.

Autorités communales

L’éclairage artificiel nocturne représente une menace considérable pour les insectes. Avec un éclairage sélectif et intelligent, les communes peuvent contribuer de façon conséquente à la protection des insectes. Des communes innovantes comme le Val de Ruz (NE) ou Fläsch (GR) le démontrent: la protection des insectes va de pair avec une réduction des coûts énergétiques liés à l’éclairage. Les communes peuvent également s’abstenir d’utiliser des pesticides sur les espaces verts.

Agriculture

Les agriculteurs qui travaillent selon les critères de l’agriculture biologique savent que les insectes sont irremplaçables sur leurs terres : les abeilles sauvages pollinisent les cerisiers et les chrysopes mangent les pucerons, contribuant ainsi à assurer la production. Il est nécessaire de repenser la manière de faire dans l’agriculture conventionnelle: davantage de zones de compensation en faveur de la biodiversité, plus de terres en jachère et moins de pesticides. Cela épargne non seulement la nature, mais également le portefeuille des paysannes et des paysans. L’agriculture biologique fait également ses preuves sur le marché: les ventes d’aliments issus de l’agriculture biologique augmentent régulièrement depuis des années.

RTS INFO, 17 novembre 2018

Cela pourrait aussi vous intéresser