Illustration insectes dan notre vie © Pro Natura

Ensemble, sauvons les insectes !

Les insectes sont de précieux auxiliaires de nos écosystèmes. Nous savons comment les protéger - il ne nous reste plus qu’à le faire. C’est la seule façon de mettre un frein à la disparition des insectes à l’échelle mondiale.

Les insectes sont la classe la plus riche en espèces du règne animal. 60 % des espèces animales dans le monde sont des insectes. La mort des insectes a donc un impact majeur sur la survie d’autres espèces. La disparition des insectes est un signal alarmant du recul général de la biodiversité. Cette perte menace nos moyens de subsistance, car l’écosystème est comme un filet de sécurité : si trop de fils sont cassés, le filet ne tient plus.

Réserves naturelles Pro Natura – des refuges et un filet de sécurité pour les insectes

L'abeille à longues antennes

Pro Natura gère plus de 700 réserves naturelles dans toute la Suisse. Ces zones protégées sont également des habitats importants pour les insectes. Ils voltigent dans les prairies aux fleurs multicolores, vont et viennent sur le sol humide des forêts ou s’ébattent le long des cours d’eau. Les prairies aux nombreuses plantes indigènes sont l’habitat de prédilection de l’abeille à longues antennes. Avec d’autres abeilles sauvages, elle trouve de la nourriture en abondance dans les prairies maigres aux fleurs variées.

Réserve naturelle Pro Natura de Chilpen © Matthias Sorg © Matthias Sorg
Les prairies aux nombreuses plantes indigènes sont l’habitat de prédilection de l’abeille à longues antennes.

La réserve naturelle Pro Natura de Chilpen est l’une de ces nombreuses aires offrant un large éventail de nourriture. Quelle table richement dressée! Les abeilles sauvages sont à la fête au mois de mai, au moment de la floraison des plantes sauvages.

L’abeille à longues antennes entretient un lien particulier avec une espèce d’orchidée, l’ophrys bourdon. Ses fleurs imitent à s’y méprendre la forme et l’odeur d’une abeille à longues antennes femelle, attirant les mâles. Dès que le mâle se pose sur une fleur pour un «accouplement», du pollen lui tombe sur la tête. Pollen que l’insecte mâle, déjà attiré par d’autres odeurs, dépose dans une nouvelle fleur d’ophrys bourdon. L’insecte jouant le rôle de «taxi» pour le transport du pollen contribue donc involontairement à la pollinisation.

Ce n’est là qu’un exemple parmi tant d’autres des raisons pour lesquelles chaque espèce d’insecte est importante et mérite d’être protégée. Sansles insectes, l’équilibre de la nature est rompu etdes espèces peuvent disparaître irrémédiablement.

L’étalement urbain et l’agriculture intensive ont détruit de nombreux habitats au cours des dernières décennies. Avec plus de 700 réserves naturelles, Pro Natura a tissé un réseau dense d’habitats pour les insectes, représentant une superficie totale d’environ 250 km2. Aidez-nous à protéger les habitats des insectes!

«Cultiver» des papillons dans les vignes

L’azuré du baguenaudier de Brentjong/Loèche

Récemment encore, l’azuré du baguenaudier avait disparu des vignobles de Brentjong/Loèche. Les pesticides utilisés pour la culture des fruits et légumes dans cette région lui avaient porté un coup fatal. Ce papillon menacé d’extinction en Suisse, a besoin de prairies agrémentées de buissons, et surtout de baguenaudiers, sur lesquels l’azuré pond ses œufs.

Taille vigne © Marjorie Berthouzoz © Marjorie Berthouzoz
Taille vigne

Pro Natura soutient les personnes qui pratiquent une agriculture respectueuse de la nature

Par exemple Frédéric Sanchez, qui gère les vignobles de la région de Brentjong/Loèche en harmonie avec la nature. Les pesticides ont été abandonnés dans ces vignobles: fleurs, graminées et buissons poussent à nouveau aux pieds des vignes et sur les terrains alentour. Résultats réjouissants: un vin excellent, le retour du baguenaudier, et du même coup celui de l’Azuré, qui revient s'installer dans ces vignobles riches en biodiversité.

Ce projet montre que quelques mesures simples permettent déjà de mettre fin à la mort des insectes. Les agriculteurs en bénéficient également - après tout, ce sont les papillons qui, avec d’autres insectes, pollinisent nos légumes et nos plantes et nous procurent ainsi de quoi manger.

Davantage d’informations sur ce projet viticole.
 
Pro Natura soutient également d’autres projets protégeant les insectes et la biodiversité. Des buffles d’eau, par exemple, paissent dans les pâturages de réserves naturelles: le pacage génère des habitats précieux pour les insectes. Les buissons et graminées qui restent ainsi sur pied leur fournissent des refuges vitaux.

Davantage d’informations sur le projet de pâturage de Pro Natura Argovie (en allemand).

La mort des insectes en chiffres

En seulement trois décennies, l’homme a décimé jusqu’à 75% des populations d’insectes dans différentes régions du globe. En Suisse, 163 espèces d’insectes sont considérées comme éteintes ! Le déclin massif des insectes a des causes diverses, selon les espèces et les habitats. A l’origine de la mort des insectes : l’agriculture intensive, le recours massif aux pesticides et la destruction des habitats. La pollution lumineuse et le changement climatique constituent d’autres causes importantes. 

Les insectes accomplissent des tâches importantes dans leurs écosystèmes

Les insectes pollinisent les fleurs de presque toutes les plantes sauvages et cultivées. Fraises, colza ou café : près d’un tiers de la production alimentaire mondiale dépend des insectes. Sans les insectes, de nombreuses plantes sauvages et cultivées ne peuvent se propager ni produire de fruits. S’il y a pénurie d’insectes pollinisateurs, les récoltes sont moindres. Les abeilles sauvages jouent un rôle bien plus important qu’on ne le pensait auparavant. La pollinisation par les abeilles «domestiques» est loin d’être suffisante pour assurer les rendements agricoles. 

Les insectes constituent la principale source de nourriture de nombreux autres animaux et représentent donc une part importante du réseau alimentaire

Si les insectes disparaissent, les oiseaux, les poissons, les chauves-souris, les hérissons et autres insectivores n’ont plus de nourriture et disparaissent eux aussi. En témoigne notamment le déclin massif des alouettes en Suisse.

Les insectes sont essentiels au bon fonctionnement des écosystèmes

Ces petites bêtes transforment les matières organiques telles que le bois mort, les cadavres et les matières fécales en matières premières recyclables. Sans les insectes, la nature risque d’étouffer dans ses propres «déchets». 

Les insectes sont utiles et importants dans la sylviculture et l’agriculture

Dans l’agriculture biologique, où l’on renonce largement aux pesticides, la promotion des «insectes bénéfiques» constitue un élément fondamental de la production. Ils permettent de contenir la propagation des insectes indésirables.

Tout le monde doit agir – ensemble contre la disparition des insectes!

Au niveau politique, Pro Natura s’engage en faveur d’une agriculture respectueuse de la nature et exige une réduction de l’utilisation massive et inutile de pesticides et d’engrais de synthèse. Avec nos deux initiatives populaires Initiative biodiversité et Initiative paysage, nous nous engageons à protéger concrètement les habitats des insectes. Pro Natura promeut et protège activement les espèces d’insectes et leurs habitats grâce à ses propres projets novateurs et ses actions.

Informations sur l'Initiative biodiversité et l'Initiative paysage

Votre contribution

Les consommatrices et consommateurs contribuent de manière significative à la protection des insectes en achetant des aliments issus de l’agriculture biologique. Si vous cultivez votre propre jardin, il est très important de ne pas utiliser de produits chimiques, de planter des fleurs et des arbustes adaptés aux insectes et d’acheter des plantes à fleurs indigènes ou des plantes utiles aux insectes. Les plantes exotiques n’offrent aux insectes ni nourriture ni habitat.

Autorités communales

L’éclairage artificiel nocturne représente une menace considérable pour les insectes. Avec un éclairage sélectif et intelligent, les communes peuvent contribuer de façon conséquente à la protection des insectes. Des communes innovantes comme le Val de Ruz (NE) ou Fläsch (GR) le démontrent: la protection des insectes va de pair avec une réduction des coûts énergétiques liés à l’éclairage. Les communes peuvent également s’abstenir d’utiliser des pesticides sur les espaces verts.

Agriculture

Les agriculteurs qui travaillent selon les critères de l’agriculture biologique savent que les insectes sont irremplaçables sur leurs terres : les abeilles sauvages pollinisent les cerisiers et les chrysopes mangent les pucerons, contribuant ainsi à assurer la production. Il est nécessaire de repenser la manière de faire dans l’agriculture conventionnelle: davantage de zones de compensation en faveur de la biodiversité, plus de terres en jachère et moins de pesticides. Cela épargne non seulement la nature, mais également le portefeuille des paysannes et des paysans. L’agriculture biologique fait également ses preuves sur le marché: les ventes d’aliments issus de l’agriculture biologique augmentent régulièrement depuis des années.

Cela pourrait aussi vous intéresser

Lobsigensee © Matthias Sorg

21.04.2021

Pro Natu­ra dit oui le 13 juin

Le 13 juin prochain, nous dirons 3×oui sans hésiter:…

Actualités