L’œdipode turquoise (Oedipoda caerulescens)

L’œdipode turquoise est l’Animal de l’année 2023

En 2023, l’œdipode turquoise (Oedipoda caerulescens) sensibilise à la protection des paradis naturels éphémères. Cet orthoptère thermophile apprécie les surfaces arides où la végétation est rare. Il maîtrise aussi bien l’art du camouflage que celui de l’apparition spectaculaire.   

Ce criquet de 2 cm environ est parfaitement adapté à la couleur du terrain. Posé sur le sol, l’œdipode turquoise est presque impossible à remarquer, même à faible distance. Cela change brusquement lorsqu’on s’en approche très près. L’insecte se projette alors en l’air et déploie ses ailes bleues bordées de noir pour s’envoler. Mais à peine aperçoit-on ce flash de couleurs qu’il disparaît déjà. L’œdipode s’est soudainement posé et a été littéralement avalé par le paysage.  

Pourquoi Pro Natura a-t-elle choisi l’œdipode turquoise comme Animal de l’année?

Œdipode turquoise (Oedipoda caerulescens) © Dieter Thommen
Parfaitement camouflé: un œdipode turquoise dans son milieu naturel typique

De nombreux habitats naturels de l’œdipode turquoise ont été détruits au cours des 100 dernières années. L’Animal de l’année 2023 de Pro Natura vit dans des régions chaudes et sèches à la végétation clairsemée. Les gravières, les friches ferroviaires ou d’autres «terres incultes» offrent à cet insecte des biotopes de remplacement bienvenus. Mais il s’agit de paradis naturels éphémères, qui ont besoin d’un entretien ciblé afin de rester accueillants pour les criquets aux ailes bleues. Il est également important de protéger et de restaurer les habitats d’origine de l’œdipode turquoise: les zones alluviales et les prairies et pâturages secs et pauvres

Le temps d’un été  

Nymphes d’œdipode turquoise  © Christian Roesti
Minuscules œdipodes turquoise fraîchement éclos

Tous les œdipodes turquoise adultes meurent durant l’hiver. La survie de l’espèce dépend des œufs qui dorment dans le sol depuis l’été précédent. Les nymphes éclosent à partir de fin avril (larves). À chaque mue, l’animal adapte de mieux en mieux sa couleur à son milieu. Après quatre mues (pour les mâles) ou cinq (pour les femelles), la nouvelle génération peut se reproduire. Peu après l’accouplement, les femelles pondent environ 120 œufs dans le sol. Les adultes meurent avec les premiers gels, puis le cycle recommence.    

Un sol pauvre, mais pas nu  

Verzasca/Bolle di Magadino © Andrea Persico
Beaucoup de pierres, un peu d’herbe: cette ancienne zone inondable de la Verzasca constitue un milieu idéal pour l’œdipode turquoise.

L’Animal de l’année aime la chaleur, mais pas trop. Il est important pour l’œdipode turquoise d’avoir une strate herbacée clairsemée. Elle protège son organisme à sang froid d’un réchauffement excessif. En outre, les œufs déposés dans le sol sont moins exposés au risque de dessèchement. Les herbes et les plantes aromatiques figurent au menu de l’œdipode turquoise, qui ne dédaigne pas les charognes, occasionnellement.  

Un bijou volant 

Œdipode turquoise en vol © Blickwinkel / F. Perseke © Blickwinkel / F. Perseke
Le vol de l’œdipode turquoise n’excède généralement pas quelques mètres et il se termine par un virage serré à l’atterrissage.

Aux yeux des promeneurs, l’Animal de l’année 2023 est très reconnaissable, lorsqu’il s’envole, à ses ailes d’un bleu vif cerclées de noir. Il existe une espèce apparentée également vêtue de bleu qui apprécie aussi les habitats arides. Il s’agit de l’œdipode aigue-marine (Sphingonotus caerulans). Ses ailes sont d’un bleu très pâle et dépourvues de bordure noire. 

Un aperçu de la vie de l’œdipode turquoise en vidéo

Où observer l’œdipode? 

Carte de répartition Oedipoda caerulescens © Données: info fauna, © carte: swisstopo
Répartition actuelle de l’œdipode turquoise en Suisse

En Suisse, l’Animal de l’année 2023 est surtout présent en Valais, au Tessin et le long du versant sud du Jura. Mais on le trouve également dans quelques autres régions. L’œdipode turquoise colonise des habitats appropriés depuis le fond des vallées jusqu’à environ 2000 mètres d’altitude. Attention: l’espèce est protégée par la loi et il faut une autorisation cantonale pour la capturer à des fins de formation et de recherche.

Une parenté menacée  

Abeille sauvage naturalisée © Matthias Sorg
Ne le verra-t-on bientôt plus qu’au musée? De nombreuses espèces d’insectes sont menacées.

Les 115 espèces d’orthoptères indigènes de Suisse ne représentent qu’un petit groupe parmi les quelque 30’000 espèces d’insectes indigènes connues à ce jour. La diversité des espèces et surtout la quantité d’insectes diminuent dramatiquement depuis des décennies. Aujourd’hui, 60 % des espèces d’insectes sont menacées. Les orthoptères constituent un indicateur fiable de cette évolution.  

 

Favorisé par le réchauffement? 

Œdipode turquoise à la coloration brun-jaune  © Dieter Thommen
Paré pour les paysages arides: un œdipode turquoise à la coloration brun-jaune

De nombreuses espèces d’insectes aiment la chaleur et c’est aussi le cas de l’œdipode turquoise. La crise climatique représente-t-elle pour autant une chance pour les insectes menacés? Non, répondent les scientifiques. Certes, des espèces comme l’œdipode turquoise pourront coloniser de nouveaux habitats en Suisse lorsqu’il fera plus chaud. D’autres espèces seront en revanche en difficulté. C’est le cas, par exemple, de tous les animaux dont les larves se développent dans des eaux fraîches et propres. Le danger est également indirect: si la Suisse sacrifie ses derniers joyaux naturels à la soif d’énergie de notre société de consommation, de nombreux habitats précieux pour les insectes disparaîtront.

Une meilleure protection pour l’œdipode 

Accouplement d’œdipodes turquoise  © Thomas Marent
Conservation concrète de l’espèce: les œdipodes turquoise s’accouplent en été. Le mâle (en haut) est nettement plus petit que la femelle.

En Suisse, à quelques exceptions près, les paysages alluviaux riches en espèces avec leurs vastes surfaces de gravier ont été victimes de l’exploitation hydroélectrique et des corrections de rivières. Les prairies et pâturages secs ont subi un sort similaire: la construction excessive, la fertilisation ou la recolonisation forestière les ont réduits de 95 % en l’espace de 100 ans. Il faut impérativement préserver les derniers joyaux naturels qui nous restent. La priorité est de revitaliser les zones alluviales et d’adopter une agriculture plus respectueuse de la nature. Là où l’œdipode turquoise a colonisé des habitats de substitution créés par l’homme, il faut une exploitation et un entretien adaptés.  

Pro Natura – agir pour la nature, partout!

Pro Natura est la plus ancienne organisation de protection de la nature en Suisse. Nous aimons la nature, défendons ses intérêts et lui donnons une voix forte. Nous protégeons plus de 700 réserves naturelles et nous nous engageons au niveau politique, par le biais de l’éducation à l’environnement et un travail de relations publiques, en menant des campagnes en faveur de la biodiversité et des paysages proches de la nature. Merci pour votre soutien!

Faire un don

Que fait Pro Natura pour l’œdipode turquoise?  

Pro Natura assure la protection de plus de 700 réserves naturelles dans toutes les régions de Suisse. Certaines de ces zones abritent l’Animal de l’année 2023: 

À l’échelon politique, Pro Natura milite pour une Suisse accueillante pour toutes les espèces indigènes. Notre travail dans les domaines suivants revêt actuellement une importance particulière:… 

…pour un tournant énergétique respectueux de la nature  
…pour une protection du climat faisant preuve de clairvoyance  
…pour la protection du monde aquatique 

© Wolfgang Hock

L’éducation à l’environnement Pro Natura invite les enfants, les adultes et les écoles à découvrir le monde de l’œdipode turquoise et d’autres insectes. Pour vous accompagner durant votre aventure, nous vous proposons de vous équiper de notre carnet d’exploration et de notre clé d’identification.

Le guide de poche Pro Natura sur les insectes rencontre toujours un franc succès.

Ressources pédagogiques