Des caprins en chemin © Elisabeth Kuehn

Ménager la chèvre et le chou: des caprins pour la biodiversité

Environ 200 animaux ont pâturé sur diverses zones sèches des cantons d’Uri et des Grisons en 2018 et en 2019. L’engagement d’un troupeau mobile de chèvres a permis de réduire l’embroussaillement de ces précieuses surfaces alpines.

À partir de 1900, des centaines d’hectares de prairies et pâturages secs, d’une grande richesse en espèces, ont disparu des régions de montagne suisses. Les zones escarpées ont souvent été abandonnées par l’agriculture et se sont recouvertes de buissons et d’arbres. La biodiversité de ces surfaces a décliné en conséquence. Pro Natura a eu recours à un troupeau de chèvres mobile dans des endroits secs sélectionnés. Les chèvres ont grignoté les buissons et les ont fait régresser.

Diminution des surfaces de prairies et pâturages secs entre 1900 et 2010

Prairies et pâturages secs en 2010
Prairies et pâturages secs en 1900
Source et Copyright: Lachat, T., D. Pauli, Y. Gonseth, G. Klaus, C. Scheidegger, P. Vittoz, and T. Walter. 2010. Wandel der Biodiversität in der Schweiz seit 1900. Ist die Talsohle erreicht? Bristol-Stiftung, Zürich; Haupt, Bern, Stuttgart, Wien, Zürich.

Les chèvres – spécialistes du débroussaillage

Entre les mois d’avril et d’octobre 2018 et 2019, le troupeau de chèvres s’est déplacé entre plusieurs zones sèches embroussaillées – dans la vallée du Rhin à la hauteur de Coire au pied de la Furka. Elles ont ainsi transhumé en suivant le développement de la végétation et ont éclairci les zones sèches. Durant cette période, des bergers s’en sont occupés jour et nuit. Avec ce troupeau mobile de chèvres, Pro Natura a expérimenté de nouvelles voies pour favoriser la diversité des espèces dans le massif alpin.

Au vu des expériences vécues dans le cadre du projet pilote, le projet sera redimensionné en 2020. Il sera subdivisé en de plus petits projets mis en œuvre à l’échelle régionale.

Nous réalisons ce projet en collaboration étroite avec les communes et les agriculteurs locaux. Le projet «troupeau de chèvres mobile» est en outre soutenu par les offices cantonaux de protection de la nature d’Uri et des Grisons ainsi que par l’Office fédéral de l’environnement.

Aperçu de la vie d'un troupeau de chèvres en transhumance

Cela pourrait aussi vous intéresser