Passage à faune à Utzenstorf © Emanuel Ammon

Passage impossible!

Les animaux sauvages migrent. Hors des agglomérations, des routes croisent leurs chemins. Mais les villages et villes également, qui sont un habitat de remplacement pour de nombreux animaux sauvages, regorgent d’obstacles et de pièges. Avec la campagne «Voie libre pour la faune sauvage!», Pro Natura s’engage en faveur d’habitats richement structurés et reliés entre eux.

Les grands animaux, tels que les cerfs et chevreuils, se déplacent sur des itinéraires de migration spécifiques pour trouver leurs sites d'alimentation, de repos et de reproduction. Mais ils ne sont pas les seuls. Les blaireaux, les loirs et les hérissons, mais aussi les grenouilles rousses, les lézards des murailles et de nombreuses espèces de papillons, sont tributaires de leur capacité à pouvoir se déplacer librement entre différents endroits – et aujourd’hui, de plus en plus également dans les zones habitées.

Pas de survie sans mobilité

Mais vivre à proximité de nos maisons présente d’innombrables dangers. Les clôtures et murs sont infranchissables pour de nombreux petits animaux. Les hérissons ont des difficultés à trouver de la nourriture et des partenaires. Les grenouilles chutent dans les soupiraux de cave et puits de ventilation. Les jardins monotones et stériles ainsi que les plantes exotiques n’offrent aucune nourriture aux abeilles et aux papillons.

Grâce à des mesures simples, ces pièges peuvent être désamorcés et des cachettes et passages peuvent être créés pour les animaux sauvages. Les tas de branches, les arbustes indigènes et les champs de fleurs sauvages valorisent considérablement les jardins et les espaces verts, qui deviennent ainsi des habitats de choix pour les papillons, les loirs et autres animaux. Les grilles de recouvrement à fines mailles préviennent toute chute d’animaux dans les puits et fosses. Les aides à la montée offrent aux petits animaux sauvages piégés une voie de sortie hors des soupiraux de cave.

Campagne «Voie libre pour la faune sauvage!»

Avec sa campagne «Voie libre pour la faune sauvage!», Pro Natura encourage tout le monde à créer, dans les zones habitées aussi bien que dans les paysages ouverts, des habitats diversifiés et richement structurés. Voici quelques conseils sur ce que vous pouvez faire, autour de votre maison, pour les animaux sauvages. Quant à nous, nous réalisons des projets visant à relier les habitats et, dans nos près de 700 réserves naturelles protégées, nous prenons soin de nombreux biotopes et petites structures.

Grâce à vos dons, Pro Natura s’engage pour plus d’habitats interconnectés et richement structurés, afin que les animaux sauvages puissent se déplacer librement et trouver un abri aussi bien en ville que dans les campagnes. Nous vous remercions pour votre soutien.. Conclusion: le bilan est mauvais, la situation ne s'est pas améliorée. Cela ne peut pas continuer ainsi.

Il existe aussi un dépliant sur ce sujet avec le titre «ATTENTION, animaux sauvages!». Sur demande, nous vous en enverrons volontiers plusieurs exemplaires. Merci de prendre contact par e-mail.




Ce que fait Pro Natura
  • Par Natura informe sur les besoins en mobilité des animaux sauvages.
  • Pro Natura collabore avec certains cantons pour améliorer la coordination intercantonale dans le domaine de la rénovation des corridors faunistiques.
  • Pro Natura s'engage au niveau politique pour la protection de la faune sauvage. Par exemple au niveau des lois sur la chasse ou sur l'aménagement du territoire.
  • Pour améliorer la connexion de paysages proches de l'état naturel, Pro Natura et ses sections entretiennent des biotopes-refuge, de nombreuses petites structures ainsi que des talus, qui servent d'axes de déplacement et de cachettes à de multiples espèces animales.
  • Avec plus de 650 réserves naturelles, Pro Natura s'efforce de relier les habitats naturels, afin que les espèces animales protégées et menacées puissent se déplacer de manière naturelle, sans être dérangées entre les habitats.
Ce que vous pouvez faire
  • N’empruntez jamais les ponts et passages souterrains à l’usage de la faune sauvage. Pour que les corridors fonctionnent, les animaux ne doivent pas être dérangés.
  • Lors de vos trajets en voiture à l’aube ou au crépuscule, en lisière de forêt ou dans la forêt, soyez très attentifs au passage d’animaux sauvages et adaptez votre vitesse en conséquence.
  • Si vous apercevez des animaux sauvages, réjouissez-vous. Mais laissez-les passer leur chemin, ne les suivez pas ou ne les éclairez pas avec votre lampe de poche. Cela effraie inutilement les animaux craintifs.
  • Évitez de déranger les animaux, notamment en hiver lors de vos excursions à skis ou en raquettes, vos sorties de freeride ou de randonnée alpine. Respectez les zones de tranquillité et les sites de protection de la faune. Gardez votre chien en laisse dans les régions sensibles. Plus d’informations sur www.zones-de-tranquillite.ch.
  • Veillez à éliminer de votre jardin et des alentours les barrières et pièges à gibier et à ne pas en créer de nouveaux.
     

La mise en place des Contrats Corridors Biologiques au sein du Grand-Genève

Cela pourrait aussi vous intéresser