Kiental @ Pro Natura

Campagne «Espaces sauvages – plus de place pour la nature»

La fascination pour la nature sauvage a partie liée avec notre aspiration à une nature authentique. Les paysages où l’homme n’intervient pas ou peu constituent un contrepoint important aux habitats fortement modifiés par les activités humaines.

Pour survivre, de nombreuses espèces animales, végétales et de champignons ont besoin d’espaces naturels où l’homme n’intervient pas. La manière dont ces zones se développent est également très intéressante d’un point de vue scientifique, car ce qui se passe dans la nature si nous n’y intervenons pas n’est pas clairement prévisible, surtout en période de changement climatique.

L’année de la nature sauvage

Pro Natura déclare 2020 l’année de la nature sauvage. Nous voulons montrer à quel point la nature est précieuse en Suisse, quels sont les différents types de zones sauvages et ce que nous pouvons tous faire pour les préserver. Nous avons d’ailleurs choisi comme ambassadeur le chat sauvage, qui ne pourrait survivre sans paysages préservés. Le Sihlwald illustre aussi ce thème à merveille: cette réserve forestière zurichoise montre qu’il est possible de recréer des zones sauvages à partir de surfaces initialement utilisées. Autre exemple: la forêt primitive de Derborence, en Valais, dont les sapins ont plusieurs centaines d’années. Nous présenterons tous ces types d’espaces sauvages dans notre campagne sur la nature sauvage.

Réserve naturelle de Derborence

Il n’existe pratiquement plus de paysages primitifs totalement préservés en Suisse et ailleurs en Europe centrale. Dans les Alpes, au-dessus de la limite des forêts, on trouve encore de vastes territoires d’un seul tenant qui sont peu influencés par l’homme. Nous devons absolument les préserver.

Le Jura, les Préalpes et le Plateau central offrent aussi des zones sauvages qui se prêtent à un développement naturel dynamique, sans aucune perturbation. Il peut s’agir de forêts autrefois exploitées, de zones alluviales ou de marais. Les zones périphériques des terres agricoles ou les coins sauvages des jardins naturels constituent également des biotopes-relais importants, même dans leur version miniature.

La nature sauvage existe dans de nombreux endroits en Suisse

Ce que fait Pro Natura

Pro Natura et ses sections sauvegardent plus de 700 réserves naturelles en Suisse. Cela inclut de nombreuses zones qui sont protégées pour préserver un pan de nature sauvage et y favoriser une libre évolution de la nature. Il s’agit, par exemple, de réserves de forêt où aucun arbre n’est abattu. Un développement naturel peut s’y poursuivre pendant de nombreuses décennies. Pro Natura régénère des marais autrefois exploités par l’homme. Dans les zones alluviales protégées, c’est souvent le castor qui prend le relais pour modeler le terrain.

Nous nous efforçons aussi de donner plus d’espace à la nature sauvage dans les consciences de nos concitoyens. Pro Natura s’engage pour la création de nouveaux parcs naturels périurbains et parcs nationaux, comportant des zones centrales où la nature pourrait se développer librement. Nous encourageons les activités de loisirs compatibles avec la nature et collaborons avec des organisations partenaires et des associations d’usagers afin de développer et de faire connaître des règles de conduite adéquates dans les paysages sauvages et proches de la nature.

Pro Natura entretient un vaste réseau de contacts avec des interlocuteurs de l’administration et de la politique et s’engage à promouvoir le libre développement de la nature dans la pratique de la protection de la nature. Pro Natura s’engage pour la préservation des derniers paysages naturels intacts en Suisse, tant sur le plan juridique que politique.

Ce que vous pouvez faire

Les expériences vécues dans des paysages naturels préservés offrent un contrepoint attrayant à notre routine et à notre vie quotidienne. Les activités de loisirs nous offrent la possibilité de mieux connaître, comprendre et apprécier la nature. Que ce soit à pied, à vélo, en raquettes ou à ski, nous laissons des traces dans le paysage. A plus forte raison si nous avons un chien ou si nous faisons voler un drone. Il y a des règles à observer pour qu’animaux et plantes n’aient pas à en souffrir.

Pour de nombreux secteurs, pour de nombreux sports de plein air et autres activités de loisirs, il existe des règles de conduite qui expliquent comment, où et quand sortir en pleine nature. Informez-vous et aidez ainsi à préserver les dernières régions sauvages de Suisse.

De petits îlots de nature dans un jardin, un parc ou sur une terre en jachère représentent des relais importants pour la biodiversité. Ils relient des surfaces naturelles plus vastes et aident les animaux et les plantes à vivre et à s’établir dans des zones densément peuplées. De plus, ces coins sauvages constituent des surfaces de nature dans notre vie quotidienne. Vous aussi, vous pouvez créer de la nature sauvage en miniature autour de chez vous !