Lynx dans la neige © Adobe Stock / sduben

Non à une Loi sur la chasse ratée!

Le référendum sur la nouvelle Loi sur la chasse et la protection des mammifères et oiseaux sauvages (LChP) a abouti en quelques semaines seulement. C’est un important succès des organisations de protection de la nature, qui prouve que la population n’approuve pas non plus cette révision. Nous réclamons une loi moderne, au service de la protection des espèces et de la coexistence pacifique entre les humains et les animaux sauvages.

https://www.loi-chasse-non.chLe Parlement a fait fausse route. Il s’est égaré dans le débat sur les animaux sauvages en Suisse et leur impact sur les humains. Le loup apparaît soudain comme un tueur brutal, le castor comme le responsable d’inondations et le lynx comme un invisible fauteur de troubles. Derrière le concept inoffensif de «régulation» se cache un autre objectif: abattre des animaux sauvages protégés si d’aventure ils venaient à gêner les humains.

Succès du référendum

Pro Natura, BirdLife Suisse, le Groupe Loup Suisse, le WWF Suisse et zoosuisse se sont opposés à cette révision de la Loi sur la chasse. Avec succès: plus de 70’000 signatures ont été recueillies au cours des sept premières semaines de collecte. Au moment où le référendum a été soumis à la Chancellerie fédérale, le 13 janvier 2020, on dénombrait même de 100’000 personnes opposées à la révision (65'000 signatures authentifiées). Le 17 mai 2020, les citoyens suisses se prononceront dans les urnes sur la Loi sur la chasse et la protection des mammifères et oiseaux sauvages.

Tir à la carte

Le débat parlementaire sur la LChP s’est principalement concentré sur la liste des espèces animales protégées dont le tir devrait être facilité par la loi. Résultat: seul le loup doit apparaître sur cette liste, en compagnie du bouquetin. Toutes les autres espèces actuellement protégées et ayant fait l’objet de vifs débats, comme le castor, le lynx ou le héron cendré, ne figurent pas – encore – sur la liste.

Toutefois, le Conseil fédéral peut au besoin adapter la liste des espèces dites «régulables» sans que le Parlement ou les citoyens aient leur mot à dire. Des revendications dans ce sens ont déjà été formulées au cours du débat parlementaire.

La nature a besoin de toutes les espèces

Les retombées positives inestimables liées au retour d’espèces animales indigènes sont complètement occultées. Le castor, par exemple, est réapparu en Suisse il y a 60 ans seulement. En aménageant ses barrages, ce rongeur crée de nouveaux habitats pour toutes sortes de poissons, d’amphibiens, d’oiseaux, d’insectes et de plantes.

Votation populaire du 17 mai 2020



Non à la Loi sur la chasse – Oui au castor!

Les grands prédateurs sont également très importants pour notre écosystème. Sans lynx et sans loups, les cerfs, chevreuils, chamois et sangliers se multiplient de manière incontrôlée. La pression sur les forêts est toujours plus forte. Les dégâts d’abroutissement causés par les ongulés portent atteinte au rajeunissement naturel des forêts.

A eux seuls, les chasseurs ne sont pas en mesure de maintenir les populations à un niveau raisonnable. Avec pour conséquence l’organisation de chasses spéciales, toujours controversées.

Non à la Loi sur la chasse – Oui au lynx!

Le sort du loup était la véritable pierre d’achoppement de la révision de la Loi sur la chasse. Comment gérer, en Suisse, le problème des loups qui s’attaquent aux animaux d’élevage ou s’approchent des lieux habités? Les problèmes et les défis que ces questions soulèvent ne sont pas nouveaux. Mais des solutions existent déjà. Les moutons et autres animaux d’élevage ont besoin d’une protection professionnelle des troupeaux.

En outre, la législation actuelle permet déjà d’abattre les loups dits «problématiques». Légalement, il est même possible de décimer en partie des meutes. Durant l’été 2019, le canton des Grisons a abattu trois jeunes loups de la meute de Beverin avec l’accord de la Confédération. En outre, jamais depuis le retour naturel du loup en Suisse, un être humain n’a été menacé, blessé ou tué par un loup.

Non à la Loi sur la chasse – Oui au loup!

La nouvelle Loi sur la chasse et la protection des mammifères et oiseaux sauvages a été altérée au point de devenir une loi d’abattage de telle ou telle espèce. L’aspect lié à la protection a été complètement négligé par le Parlement. Même les espèces menacées d’extinction peuvent encore être chassées: les lièvres, les lagopèdes et les bécasses auraient de toute urgence besoin d’une protection élargie, sans quoi il reste toujours possible de les chasser pour des motifs «folkloriques». Cette révision constitue non seulement une occasion manquée, mais aussi une violation de notre Constitution fédérale.

Non à la Loi sur la chasse – Oui aux espèces menacées!

Pour toutes ces raisons, Pro Natura s’oppose à cette Loi sur la chasse totalement irresponsable. Un NON le 17 mai 2020 ouvre la voie à une révision de la loi moderne et respectueuse de la nature. Vous trouverez de plus amples informations en ligne, sur www.loi-chasse-non.ch

Cela pourrait aussi vous intéresser

Le référen­dum con­tre la révi­sion inac­cept­able de la Loi sur la chas­se a abouti

29.11.2019

En Suisse, la population tient à protéger les espèces: en un temps record, les organisations de protection de l'environnement et des animaux…

Communiqué aux médias