Le lac de Wohlen près de Bern

Une mosaïque de milieux aquatiques riches en espèces: utopie ou vision d’avenir?

Qu’ils soient grands ou petits, qu’il s’agisse d’habitats humides ou de cours d’eau, les milieux aquatiques sont les artères vitales de notre paysage et les hauts lieux de la biodiversité.

La Suisse était autrefois recouverte d’un réseau de cours d’eau et de zones humides. Ruisseaux, rivières, fleuves, prairies humides et marais émaillaient le paysage. Un paradis pour un grand nombre d’animaux et de plantes.

Les zones humides sont devenues rares

Durant les 200 dernières années, l’homme a asséché la majeure partie des habitats humides. Les cours d’eau ont été bétonnés et affectés à la production d’énergie. Aujourd’hui, les zones humides ne sont généralement plus que des sites isolés, perdus au milieu de zones intensément exploitées. Des cours d’eau canalisés ou rectifiés se retrouvent coincés au milieu d’agglomérations, de champs ou de prés. Beaucoup de petits ruisseaux circulent aujourd’hui dans des tuyaux souterrains, inaccessibles pour les animaux et les plantes hydrophiles. Les aménagements en dur sur les rivières empêchent la migration des poissons jusqu’à leurs zones de frai. Des milieux aquatiques vivants, que ce soit sur les rives ou dans l’eau, font défaut presque partout.

Un changement de cap s’est amorcé au cours de ces dernières années. On redonne à nouveau plus de place aux eaux dans nos paysages. Toutefois, le réseau suisse des zones humides et des cours d’eau est encore très lacunaire. Le castor, l’anguille ou le cincle plongeur manquent d’habitats appropriés tels que des rives riches en structures variées, des zones alluviales dynamiques ou des portions de rivières et de ruisseaux où l’eau peut s’écouler naturellement.

Des cours d’eau «sous tension»

Pro Natura s’engage pour des cours d’eau proches de la nature, qui abritent les plantes et les animaux les plus divers. Mais les fleuves, rivières et ruisseaux n’ont pas cessé de susciter les convoitises et leurs écosystèmes sont toujours menacés par de nouveaux projets de construction, en particulier par les projets d’installations hydroélectriques. Aujourd’hui, pratiquement chaque goutte d’eau qui coule en Suisse passe plusieurs fois dans une turbine. Les derniers cours d’eau intacts seront-ils épargnés?

Les eaux ont besoin de notre aide

Pro Natura s’engage pour que les eaux reçoivent la place dont elles ont besoin. Nous réalisons des projets de revalorisation et nous agissons sur le plan politique en faveur des différents organismes vivant dans les milieux humides et aquatiques. Donner plus d’espace aux rivières et aux fleuves sert aussi à la protection contre les crues. Plus de place pour les eaux, cela signifie également réduire les pics de crues et donc les dommages potentiels dans les secteurs situés en aval. 

Les sources, des habitats naturels uniques

Avez-vous déjà bu de l’eau jaillissant librement d’une source ? L’eau de source est fraîche, pauvre en oxygène et en nutriments et désaltérante. Des animaux très spécialisés vivent dans les eaux de source. Outre des trichoptères, des escargots, des turbellariés et d’autres petits animaux, on y trouve souvent des larves de salamandre tachetée. En exploitant et en captant l’eau des sources, on détruit un habitat naturel précieux.