Un couple de crapauds s'étreint dans l'eau

Un nouveau royaume pour la rainette

La majorité des grenouilles, tritons, crapauds et autres salamandres sont menacés. Pour survivre, ils ont besoin de zones humides adaptées.

Le moteur Diesel vrombit, la pelle mécanique creuse en profondeur dans le sol. Mares, étangs, rives des lacs, marais et autres zones humides ne se formant plus de manière naturelle, Pro Natura crée de nouveaux plans d’eau pour les rainettes, les crapauds accoucheurs et d’autres amphibiens à l’aide de machines de terrassement et de bénévoles.

Plus de grenouilles grâce aux zones humides

Les têtards se transforment en grenouilles uniquement dans l’eau. Pour ce faire, nous créons des zones humides dans lesquelles peuvent vivre différentes espèces. Le crapaud calamite vit dans les gravières humides peu profondes ou dans les traces de roues dans lesquelles l’eau se réchauffe rapidement. Le crapaud commun colonise les étangs forestiers hébergeant des massettes et des nénuphars. Les projets de Pro Natura bénéficient notamment aux espèces fortement menacées telles que la rainette, le sonneur à ventre jaune, le triton crêté, le crapaud calamite et le crapaud accoucheur. 

Le castor est d’ailleurs l’architecte naturel des rivières. Avec l’action «A l’eau Castor!», Pro Natura l’aide à trouver toujours plus de «chantiers» dans le paysage.

La dangereuse migration des amphibiens

L’hiver est à peine terminé que les amphibiens quittent leurs cachettes et se mettent en route vers les cours d’eau où ils vont se reproduire. Les grenouilles rousses et les crapauds communs sont les premiers à migrer. Dès la fin février, dans les régions de basse altitude, ils se mettent en marche lors de nuits pluvieuses. Si leur migration passe par une route, ils sont souvent des centaines à la traverser. Pour éviter cette situation potentiellement dramatique, quelques tronçons de routes sont fermés au trafic ou des passages souterrains sont aménagés pour les animaux. Des barrières à amphibiens sont installées à certains endroits. Particuliers, écoliers et employés communaux transportent les animaux d’un côté à l’autre des routes.

Chaque année, dans près de 200 endroits en Suisse, des bénévoles aident plus de 160 000 amphibiens à traverser les routes pour rejoindre leurs lieux de ponte. Soutenez-les! Indiquez au Centre de Coordination pour la Protection des Amphibiens et Reptiles de Suisse (KARCH) les routes qui sont souvent traversées par des amphibiens. N’hésitez pas non plus à contacter ce centre si vous souhaitez contribuer au sauvetage des amphibiens.

Les amphibiens sont protégés

Toutes les espèces d’amphibiens indigènes sont protégées par la loi. Une autorisation est nécessaire pour pouvoir les capturer, les transporter, les vendre, voire les tuer. Ainsi, une personne agacée par les coassements sonores d’une grenouille dans la mare de son jardin ne peut la pêcher sans autorisation.

Grenouilles et tritons autour de sa maison

Y a-t-il un étang près de chez vous? Il est bien possible que des grenouilles, des tritons, des crapauds ou des salamandres vivent autour de votre maison. Contribuez à leur bien-être. Retrouvez les conseils de Pro Natura dans son dépliant «Des amphibiens autour de sa maison».